UkrSpecSystems PD-1

Rappels

  • Catégorie : Drone
  • Constructeur : UkrSpecSystems drapeau du pays
  • Premier vol : 2016
  • Lancement du projet : 2014
  • Missions : Observation, Reconnaissance, Drone
UkrSpecSystems PD-1

Historique

Après l’invasion de la Crimée par la Russie en 2014, l’Ukraine réforme en profondeur son armée en la réorganisant et en la modernisant. Durant le conflit, le manque de drones de reconnaissance se fait sentir et des appareils civils sont bricolés pour être utilisé par les forces armées ukrainiennes. L’Ukraine cherche à se procurer d’autres drones militaires, mais ne peut qu’obtenir quelques Bayraktar TB-2 turcs. Par la suite, une organisation bénévole appelée "The People's Project" est créée pour aider l'armée ukrainienne dans l'est du pays où les indépendantistes soutenus par la Russie continuent les combats. Une collaboration est mise en place entre le "People's Project All-Ukrainian Volunteer Center" et UkrSpecSystems pour développer des drones de conception nationale. Le premier appareil mis au point est le PD-1 (People Drone-1) conçu pour des missions militaires et civiles telles que la surveillance aérienne, l'observation, le renseignement et la photo-cartographie. Il est présenté au Salon International de l’Aviation AVIASVIT-XXI 2016 en octobre 2016, puis au public lors de l'exposition LIMA en Malaisie, en mars 2017.

La structure composite du PD-1 est entièrement constituées de fibres de carbone et de fibres de verre. Le drone a un fuselage de section circulaire, légèrement aplatie en-dessous. À l’arrière se trouve un moteur deux-cylindres de quatre-temps de 61 cm3 avec un système de générateur électrique de 80 W qui peut alimenter tous les équipements à bord pendant le vol. Un dispositif de démarrage à distance lui permet de redémarrer dans n'importe quelle condition. L’hélice propulsive qu’il entraîne est bipale. Les ailes, en position haute, sont effilées et munies d’ailettes à leurs extrémités. Elles supportent deux poutres de queues cylindriques sur lesquelles se trouvent la dérive en "V" inversé, une configuration permettant de réduire la trainée parasite. Le train d’atterrissage tricycle est fixe et lui permet de décoller et d’atterrir à partir de piste aménagée ou d’un tronçon de route. Il est également possible de le faire décoller grâce à une catapulte pneumatique GLS-1A, mais dans ce cas il sera équipé d’un parachute de récupération pour se poser.

Le PD-1 se transporte dans une caisse, le fuselage en une seule pièce, mais les ailes démontées. Ces dernières sont composées de trois segments : la section centrale des ailes allant jusqu’à l’emplanture des poutres de queue, et les deux panneaux extérieurs. Tous ces éléments se fixent sans outils, par un système de clips. Selon le constructeur, il faut environ 15 minutes pour sortir le drone de sa caisse, le monter, installer les dispositifs électro-optiques et effectuer les vérifications pour qu’il soit prêt au décollage.

Un kit permettant le décollage et l’atterrissage vertical a été mis au point en 2017. Il s’agit d’un tronçon d’aile, d’une trentaine de centimètres environ, à installer entre le segment central et les panneaux extérieurs. Il comporte une poutre, dépassant à l’avant du bord d’attaque et à l’arrière du bord de fuite, avec des moteurs électriques entraînant des hélices bipales à ses extrémités. Situées autour du centre de gravité du drone, ces hélices dirigées vers le bas lui donnent une capacité VTOL (Vertical Take-Off Landing)

La conception modulaire de l’appareil permet de lui intégrer un grand nombre d’équipement, selon les missions à effectuer. De base, il est équipé d’une tourelle avec une boule gyrostabilisée USG-202 contenant une caméra de jour Sony EV7500 HD 30x et une caméra thermique HD qui permettent l’observation, la détection, l'identification et le suivi des cibles de jour comme de nuit. Ces équipements sont indicatifs et peuvent être remplacés par d’autres si nécessaire.

Le drone PD-1 est équipé d’un dispositif de navigation par satellite et d’un système de navigation inertielle (INS) qui permettent de connaître en tout temps sa position exacte. Le PD-1 peut être piloté à distance par un opérateur depuis la station de contrôle au sol où il reçoit les données de télémétrie et les images en temps réel sur un écran HD. Le drone peut également fonctionner de façon autonome grâce un à système de pilotage automatique. Dans ce cas, il décolle, suit la trajectoire préalablement définie, puis atterrit à l’endroit prédéterminé de façon entièrement automatique. Dans ce type de mission, il est possible à l’opérateur de modifier à tout moment la trajectoire de l’appareil. Un atterrissage d'urgence autonome du drone peut également être effectué en cas de perte de communication avec le contrôle au sol. Bien que sa distance franchissable soit supérieure à 1000 km, le rayon d’action est de 95 km, ce qui correspond à la portée de son système de liaison de données cryptée.

Plusieurs exemplaires sont achetés en 2016 par les forces armées ukrainiennes.

Pays utilisateur

Versions

  • UkrSpecSystems PD-1 : Version de base à décollage conventionnel ou à l’aide d’une catapulte pneumatique.
  • UkrSpecSystems PD-1 VTOL : Version de base munie du dispositif de décollage et d’atterrissage vertical.

Sur le forum…

  • La fiche sur le site.
    " J’ignore la nature des armes que l’on utilisera pour la troisième guerre mondiale. Mais pour la quatrième, on se battra à coup de pierres."  A. Einstein"Quand on change son fusil d'épaule, il y a intérêt à ne pas partir de la droite, sinon on passe l'arme à gauche."  Ph. Geluck
      Lien   Revenir ici   Citer modifié par jericho le Aug. 5, 2022, 12:29 p.m.
  • Drone de reconnaissance, d’observation et d’attaque ukrainien des années 2010.

    Après l’invasion de la Crimée par la Russie en 2014, l’Ukraine réforme en profondeur son armée en la réorganisant et en la modernisant. Durant le conflit, le manque de drones de reconnaissance se fait sentir et des appareils civils sont bricolés pour être utilisé par les forces armées ukrainiennes. L’Ukraine cherche à se procurer d’autres drones militaires, mais ne peut qu’obtenir quelques Bayraktar TB-2 turcs. Par la suite, une organisation bénévole appelée "The People's Project" est créée pour aider l'armée ukrainienne dans l'est du pays où les indépendantistes soutenus par la Russie continuent les combats. Une collaboration est mise en place entre le "People's Project All-Ukrainian Volunteer Center" et UkrSpecSystems pour développer des drones de conception nationale. Le premier appareil mis au point est le PD-1 (People Drone-1) conçu pour des missions militaires et civiles telles que la surveillance aérienne, l'observation, le renseignement et la photo-cartographie. Il est présenté au Salon International de l’Aviation AVIASVIT-XXI 2016 en octobre 2016, puis au public lors de l'exposition LIMA en Malaisie, en mars 2017.

    La structure composite du PD-1 est entièrement constituées de fibres de carbone et de fibres de verre. Le drone a un fuselage de section circulaire, légèrement aplatie en-dessous. À l’arrière se trouve un moteur deux-cylindres de quatre-temps de 61 cm3 avec un système de générateur électrique de 80 W qui peut alimenter tous les équipements à bord pendant le vol. Un dispositif de démarrage à distance lui permet de redémarrer dans n'importe quelle condition. L’hélice propulsive qu’il entraîne est bipale. Les ailes, en position haute, sont effilées et munies d’ailettes à leurs extrémités. Elles supportent deux poutres de queues cylindriques sur lesquelles se trouvent la dérive en "V" inversé, une configuration permettant de réduire la trainée parasite. Le train d’atterrissage tricycle est fixe et lui permet de décoller et d’atterrir à partir de piste aménagée ou d’un tronçon de route. Il est également possible de le faire décoller grâce à une catapulte pneumatique GLS-1A, mais dans ce cas il sera équipé d’un parachute de récupération pour se poser.

    Le PD-1 se transporte dans une caisse, le fuselage en une seule pièce, mais les ailes démontées. Ces dernières sont composées de trois segments : la section centrale des ailes allant jusqu’à l’emplanture des poutres de queue, et les deux panneaux extérieurs. Tous ces éléments se fixent sans outils, par un système de clips. Selon le constructeur, il faut environ 15 minutes pour sortir le drone de sa caisse, le monter, installer les dispositifs électro-optiques et effectuer les vérifications pour qu’il soit prêt au décollage.

    Un kit permettant le décollage et l’atterrissage vertical a été mis au point en 2017. Il s’agit d’un tronçon d’aile, d’une trentaine de centimètres environ, à installer entre le segment central et les panneaux extérieurs. Il comporte une poutre, dépassant à l’avant du bord d’attaque et à l’arrière du bord de fuite, avec des moteurs électriques entraînant des hélices bipales à ses extrémités. Situées autour du centre de gravité du drone, ces hélices dirigées vers le bas lui donnent une capacité VTOL (Vertical Take-Off Landing)

    La conception modulaire de l’appareil permet de lui intégrer un grand nombre d’équipement, selon les missions à effectuer. De base, il est équipé d’une tourelle avec une boule gyrostabilisée USG-202 contenant une caméra de jour Sony EV7500 HD 30x et une caméra thermique HD qui permettent la l’observation, la détection, l'identification et le suivi des cibles de jour comme de nuit. Ces équipements sont indicatifs et peuvent être remplacés par d’autres si nécessaire.

    Le drone PD-1 est équipé d’un dispositif de navigation par satellite et d’un système de navigation inertielle (INS) qui permettent de connaître en tout temps sa position exacte. Le PD-1 peut être piloté à distance par un opérateur depuis la station de contrôle au sol où il reçoit les données de télémétrie et les images en temps réel sur un écran HD. Le drone peut également fonctionner de façon autonome grâce un à système de pilotage automatique. Dans ce cas, il décolle, suit la trajectoire préalablement définie, puis atterrit à l’endroit prédéterminé de façon entièrement automatique. Dans ce type de mission, il est possible à l’opérateur de modifier à tout moment la trajectoire de l’appareil. Un atterrissage d'urgence autonome du drone peut également être effectué en cas de perte de communication avec le contrôle au sol. Bien que sa distance franchissable soit supérieure à 1000 km, le rayon d’action est de 95 km, ce qui correspond à la portée de son système de liaison de données cryptée.

    Plusieurs exemplaires sont achetés en 2016 par les forces armées ukrainiennes.


    Versions :
    PD-1 : Version de base à décollage conventionnel ou à l’aide d’une catapulte pneumatique.

    PD-1 VTOL : Version de base munie du dispositif de décollage et d’atterrissage vertical.


    Utilisateurs militaires :
    Ukraine : En service depuis 2016.


    Caractéristiques et performances PD-1 :
    Envergure : 4,7 m
    Masse à vide : 28 kg
    Masse maximale au décollage : 45 kg
    Charge utile : 10 kg
    Volume du réservoir de carburant : 12 L
    Moteurs : moteur 4 temps bicylindre
    Vitesse maximale : 120 km/h
    Vitesse de croisière : 90 km/h
    Plafond opérationnel : 2500 m
    Rayon d’action : 95 km
    Distance franchissable : 650 km
    Endurance : 7 h
    Armement : Eventuellement une charge en soute.


    Liens internet :
    https://ukrspecsystems.com/pd-1-vtol

    https://pd1uas.com/#product

    https://www.airforce-technology.com/projects/pd-1-unmanned-aerial-system/

    https://www.airforce-technology.com/projects/pd-1-vtol/
    " J’ignore la nature des armes que l’on utilisera pour la troisième guerre mondiale. Mais pour la quatrième, on se battra à coup de pierres."  A. Einstein"Quand on change son fusil d'épaule, il y a intérêt à ne pas partir de la droite, sinon on passe l'arme à gauche."  Ph. Geluck
      Lien   Revenir ici   Citer modifié 2 fois par jericho le Aug. 5, 2022, 12:16 p.m.