Aérospatiale SA 360 Dauphin

Rappels

Historique

Au début des années 1970, l'Alouette III semblait déjà dépassée. De plus, son constructeur Sud-Aviation n'avait pas d'hélicoptères dans la gamme des 6 à 10 passagers. Il songea donc à un successeur, dont la capacité en passagers serait largement augmentée et passerait à 8. Ce projet fut un temps appelé "Business Alouette", puis "Dauphin", avant d'être développé par la SNIAS (Société nationale industrielle aérospatiale).

L'appareil, désigné SA 360, se présentait comme un monoturbine à train fixe, caréné et classique. Son rotor était constitué de 4 pales, et l'appareil avait été dessiné d'emblée avec un fenestron à treize pales, c'est-à-dire un rotor encastré dans la dérive verticale. Cette technologie équipait déjà la Gazelle, dont il reprenait également le pare-brise. Sa cabine permettait d'envisager d'emmener 12 passagers, ou 4 blessés et 3 personnels médicaux, ou 6 passagers et 2,5 m cubes de fret, voire 4 à 6 passagers en configuration business.

2 prototypes furent construits. Le premier, immatriculé F-WSQL, effectua son vol inaugural le 2 juin 1972 aux mains de Roland Coffigot. 2 autres personnes l'accompagnaient : l'ingénieur d'essais R. Stevens et le technicien d'essais A.Ricaud. L'appareil était motorisé par un Turbomeca Astazou XVI de 980 ch.

Le second prototype, immatriculé F-WSQX et bénéficiant d'une verrière légèrement modifiée, prit l'air le 29 janvier 1973. Le premier prototype avait alors effectué 180 vols et était en cours de remotorisation avec un Astazou XVIIIA de 1050 ch, notamment afin de réduire le niveau de vibrations. Il recevait également de nouvelles pales en plastique. Il reprit ses vols le 4 mai 1973. Entre le 15 et 17 mai 1973, Roland Coffignot battit trois records de vitesse. Le second prototype fut présenté au salon du Bourget en 1973.

La production en série fut lancée en 1974. La première version construite en série, et qui fut aussi la seule, était le SA 360C. Il effectua son vol inaugural en avril 1975. Son fuselage était redessiné, au nez plus marqué et plus allongé. Il fut certifié en France le 18 décembre 1975. Les livraisons commencèrent en janvier 1976. Mais bien que remarquablement profilé et malgré ses records, le SA 360 s'avéra trop lourd et sous-motorisé. Il ne s'en vendit que 34 exemplaires, d'autant plus qu'une variante biturbine et plus prometteuse, le SA 365, était déjà en cours de développement.

Héli Inter en acheta 9, dont 2 destinés à être cannibalisés. La certification américaine intervint à la mi-1976 et New York Helicopters en acheta 6. Il fut vendu à 8 exemplaires au Japon. Mais fin 1976, 15 exemplaires attendaient un repreneur. La production fut arrêtée dès fin 1977, et certains appareils ne furent vendus qu'en 1982.

Le premier appareil de série intéressa tout de même la Marine nationale, et fut donc navalisé. Mis au standard SA 360A, il fut testé par la 35F, sur le porte-hélicoptères Jeanne d'Arc, entre novembre 1978 et 1979. Il fut finalement exposé à Genève en 1984 et ferraillé en 2000.

Aérospatiale estima que le SA 360 avait un potentiel militaire. C'est pourquoi elle étudia sur fonds propres la version SA 361H (Hot & high). Cette version était équipée d'une turbine Astazou XXB de 1400 ch et de la tête de rotor Starflex. Son prototype, le second prototype du SA 360 modifié, prit l'air le 12 juillet 1976. Un deuxième SA 361H, un SA 360C modifié, effectua son vol inaugural en 1978 avec la tête de rotor standard. Il y eut en tout 3 exemplaires, le 3e étant encore un SA 360C modifié. Ces appareils ne volèrent plus après 1993.

Le SA 361HCL (Hélicoptère de Combat Léger) possédait le même moteur, mais disposait d'une avionique plus moderne (viseur à stabilisation gyroscopique SFIM APX M397, systèmes de vision de nuit SFIM Vénus, système de vision infrarouge TRT Hector), ainsi que de 8 missiles HOT. Il pouvait ainsi attaquer des chars, même de nuit, ou emporter 13 soldats. Le prototype, un SA 361H modifié, fut testé par le CEV, puis par l'ALAT. Il fut finalement interdit de vol en 1990 et cédé au musée de l'ALAT à Dax.

Le SA 360 Dauphin fut un échec commercial complet, car le marché tant civil que militaire n'avait pas besoin d'un appareil monoturbine si gros. Par ailleurs, il fut vite surclassé par sa version biturbine, le SA 365 Dauphin 2. Un SA 360 s'est écrasé lors du tournage du film Delta Force 2, en 1989, tuant son équipage. Des 36 exemplaires construits, 9 étaient tout de même en service en 2000. En 2002, 6 étaient encore immatriculés en France, dont 4 chez Héli-Inter et le plus ancien, chez Aérospatiale.

Versions

  • Aérospatiale SA 360A : Désignation d'un SA 360C modifié pour des tests embarqués.
  • Aérospatiale SA 360C : Unique version construite en série, 34 exemplaires.
  • Aérospatiale SA 361H : 3 SA 360 modifiés pour des tests militaires.
  • Aérospatiale SA 361HCL : Un SA 361H modifié pour des tests d'attaque au sol.

Sur le forum…

  • AS565MBe avec sulfateuse
    Armada de Mexico
    Image
    10 commandés (4 en service)
    le Quiz aviation
      Lien   Revenir ici   Citer
  • Joli coup !

    Cela démontre bien qu'une fois qu'un premier marché a été remporté, tout est possible. :)
    ¤ Nicolas Sur AMN : Nico2, inscrit le 09 Jan 2006, 16:45>> N'oubliez pas de lire et de relire le Règlement du forum.>> N'oubliez pas de consulter les index des sujets avant de poster les vôtres.
      Lien   Revenir ici   Citer
  • Comment Airbus Helicopters a sorti les Américains de Corée

    Un canon sous le nez du Dauphin, qui y aurait cru ?

    "A un horizon de 10 ans, nous aurons probablement remplacé 80% de la flotte d’hélicoptères américains en Corée du Sud", assure Norbert Ducrot, qui estime que la part de marché du groupe pourrait atteindre 80% sur le segment militaire, et 60% sur le civil en 2030.
    Joli coup en tout cas…
    Joey… Tu aimes les films sur les gladiateurs ? :mrgreen:N'oublions pas EstelleQuiconque sauve une vie sauve l’Univers tout entierArmasuisse
      Lien   Revenir ici   Citer
  • Airbus Helicopters décroche un contrat de plusieurs milliards d'euros en Corée du Sud

    n contrat d’une valeur d’1,5 milliard d’euros portant sur le développement et la fabrication de plus de 300 hélicoptères civils et militaires pour le marché coréen. Le contrat prévoit également la création d’une coentreprise avec le groupe Korea Aerospace Industries (KAI) afin d’exporter d’autres exemplaires sur le marché mondial.
    Joey… Tu aimes les films sur les gladiateurs ? :mrgreen:N'oublions pas EstelleQuiconque sauve une vie sauve l’Univers tout entierArmasuisse
      Lien   Revenir ici   Citer
  • Tout pareil :) Ça change des tons désertiques que l'on voit habituellement.
    Et tous ces points d'exclamation, vous avez remarqué ? Cinq ! C'est la marque d'un aliéné qui porte son slip sur la tête. L'opéra fait cet effet à certains.Terry Pratchett
      Lien   Revenir ici   Citer
  • Première fois que je vois pour ma part.
    ¤ Nicolas Sur AMN : Nico2, inscrit le 09 Jan 2006, 16:45>> N'oubliez pas de lire et de relire le Règlement du forum.>> N'oubliez pas de consulter les index des sujets avant de poster les vôtres.
      Lien   Revenir ici   Citer
  • Sympa ce camo !
    Et tous ces points d'exclamation, vous avez remarqué ? Cinq ! C'est la marque d'un aliéné qui porte son slip sur la tête. L'opéra fait cet effet à certains.Terry Pratchett
      Lien   Revenir ici   Citer
  • Image
    Eurocopter AS-565MA Atalef
    Image
    le Quiz aviation
      Lien   Revenir ici   Citer modifié par stanak le Nov. 12, 2014, 7:37 a.m.
  • Image
    AS565MB Panther
    Image
    le Quiz aviation
      Lien   Revenir ici   Citer modifié par stanak le Nov. 12, 2014, 7:36 a.m.
  • Dès 1979, Aérospatiale annonça une version tactique du Dauphin 2, appelée SA 365M. Cette version fut conçue particulièrement pour le transport tactique, l'attaque au sol y compris anti-chars, la lutte anti-navires et anti sous-marine, la recherche et le sauvetage, l'évacuation sanitaire (4 blessés et un personnel médical).

    Le prototype était un SA 365N modifié, équipé de 2 Turboméca TM.333-1M de 913 ch. Bénéficiant d'une masse maximale au décollage de 4077 kg, nettement plus que les Dauphin 2 à l'époque, il pouvait emporter 10 soldats. Cet appareil effectua son vol inaugural le 29 février 1984. Il fut suivi de deux SA 365N1 modifiés comme appareils de développement.

    Les matériaux composites (alliage de fibre de verre et de plastique) sont nettement plus employés, afin de renforcer la structure, et une peinture spéciale permet de réduire la signature IR de l'appareil. Les parties fragiles (contrôle du moteur par exemple), sont blindés. Le cockpit dispose de sièges supportant jusqu'à 20 G et de deux écrans MFD. Les réservoirs auto-obturant permettent d'emporter jusqu'à 1130 litres. Il est généralement motorisé par 2 Arriel 2C de 635 kW, équipés d'un FADEC. Son élingue peut supporter 1600 kg.

    Le SA 365K fut la première version de série, construite à partir de 1986. Nommée au départ SA 365FK, elle est dérivée du SA 365N2 et emporte, par exemple, un canon Giat M621 de 20 mm, des paniers de 19 roquettes Zeebrugge de 2,75 in ou de 22 roquettes Thales Brandt de 68 mm.

    Pour différencier les versions militaires des versions civiles, il fut décider de renommer le modèle en AS 565 Panther. L'AS 365K fut désigné AS 565K. Les versions suivantes fut alors développées :

    L'AS 365N2 civil a plusieurs dérivés militaires : l'AS 565UA utiilitaire (capable d'emporter 10 soldats sur 400 km, il peut être converti en PC volant, ou appareil de guerre électronique), l'AS 565AA d'attaque, l'AS 565MA navalisé et utilisé pour la recherche et le sauvetage (non armé), l'AS 565SA de lutte anti sous-marine (FLIR, GPS, système Elbit), l'AS 565CA de lutte anti-chars (équipé de missiles HOT).

    L'Angola a reçu 5 AS 565AA et 8 AS 565UA. La Marine nationale dispose de 16 AS 565SA au sein de la flottille 36F, et Israël en a commandé 20 exemplaires en avril 1994, nommés Atalef. Il lui en reste 5.

    L'AS 565AA a intéressé le Brésil, particulièrement pour son armée de terre. Celle-ci sélectionna le Panther en 1991 comme hélicoptère de transport d'assaut et Helibras en obtint la construction sous licence. L'appareil est désigné HM-1 Pantera par l'armée brésilienne, qui a reçu 36 appareils. Il en reste 34, dont une modernisation, peut-être en gunship, a été demandée en 2009. 4 autres exemplaires sont utilisés par la marine mexicaine.

    Cette variante diffère des autres Panther par l'emploi plus étendu de matériaux composites afin de renforcer la structure, d'une électronique en partie construite par la firme brésilienne Avibras (notamment le FLIR), de turbines Arriel construites sous licence (nommées Helibras EUE-90S, elles ont une puissance unitaire de 795 kW), d'un canon Rheinmetall MK 20 Rh 202 de 20 mm, de roquettes Avibras (AV-SS 33, Skyfire 70) et de missiles Mectron (MAA-1 Piranha, MSS-1.2).

    L'AS 365N3 a pour dérivés militaires l'AS 565UB utilitaire (équipé d'un FADEC et emportant jusqu'à 10 soldats), l'AS 565AB d'attaque (4 missiles Mistral), l'AS 565MB navalisé (spécialisé dans la lutte contre les navires de surfaces, il est armé d'AS-15TT et de torpilles Mk46 ou Whitehead A.244/S), l'AS 565SB spécialisé dans la lutte anti sous-marine (sonar Sextant Avionique MAD ou Thomson Sintra ASM HS 312), les missions SAR (Omera ORB 32) et anti-navire (Agrion 15). Ces versions, qui ont succédés aux versions militaires de l'AS 365N2 en 1997, sont toujours en production.

    La Bulgarie a commandé 6 AS 565MB en 2005 pour sa marine. Des raisons budgétaires firent que seulement 3 appareils furent commandés, dont le premier fut livré en octobre 2011. Les Emirats Arabes Unis disposent de 7 AS 565SB commandés en 1996 et livrés à partir de 2001, et la marine mexicaine dispose de 2 AS 565SB livrés en 2005. Elle a posé une option sur 8 autres exemplaires. La marine Marocaine a commandé 3 AS 565MB, livrés à partir de décembre 2001.

    L'AS 565N3 est une variante spécifique à la Grèce (garde-côtes) : dérivé de l'AS 365N3, il sert à la patrouille maritime et à la surveillance.

    L'AS 565SC est une variante spécifique à l'Arabie Saoudite, développée pour la recherche et le sauvetage. Elle est destinée à remplacer les SA 365F.

    Lorque l'US Army lança le programme Light Utility Helicopter afin de remplacer l'UH-1 Huey, une version propulsée par des LHTEC T800 et nommée Panther 800 fut proposée. Seuls quelques essais en vol furent effectués.

    Au total, 259 Panther ont été commandés, dont 78 navalisés.


    La fiche sur le site


    http://fr.wikipedia.org/wiki/Panther_%28h%C3%A9licopt%C3%A8re%29


    http://www.helicopassion.com/fr/03/pant01.htm


    http://aviation-militaire.kazeo.com/helicopteres-francais/as-565-panther,a1747089.html


    http://en.wikipedia.org/wiki/Eurocopter_AS565_Panther


    http://en.wikipedia.org/wiki/Helibras_HM-1_Pantera


    http://www.eurocopter.com/site/en/ref/Overview_153.html


    http://www.airforce-technology.com/projects/as565-panther-helicopter/


    http://www.naval-technology.com/projects/as565-panther/


    http://aviastar.org/helicopters_eng/snias_panther.php


    http://www.flugzeuginfo.net/acdata_php/acdata_as365_en.php
    Rang, sang, race et dieux n'entrent en rien dans le partage du vice… et de la vertu. (de Cape et de Crocs, tome 1).>> N'oubliez pas de lire et de relire le Réglement du forum>> N'oubliez pas de consulter les index des sujets avant de poster les vôtres.
      Lien   Revenir ici   Citer