Enaer ECH-02 Ñamcu

Rappels

  • Catégorie : Avion d'entraînement de base
  • Constructeur : Enaer drapeau du pays
  • Premier vol : 8 mai 1989
  • Production : 5 appareils construits (cellules neuves)

Historique

En juin 1986, alors que la production du T-35 Pillán commençait, la société Enaer se lança dans la conception d'un avion d'entraînement léger et de voltige, destiné au marché civil (particuliers et clubs d'aviation) mais qui intéressa semble-t-il la force aérienne chilienne.

Cet appareil fit appel à la conception assistée par ordinateur, et aux matériaux composites (fibres de verre et de carbone) pour la construction. Son entretien devait également être facile. Compte tenu de l'emplacement géographique d'Enaer, il est décidé de vendre l'appareil en kits à assembler, ce qui coûte 20000 dollars US sans le moteur et l'hélice. Les matériaux bruts sont fournis par les États-Unis, mais la conception est bien chilienne.

Pour Enaer, c'est un véritable défi, consistant avant tout à obtenir de l'expérience à la fois avec les matériaux composites et dans la conception informatique.

L'appareil est de facture classique : biplace côte-à-côte avec une verrière donnant une bonne visibilité, train d'atterrissage tricycle fixe, ailes basses, moteur à l'avant actionnant une hélice tractrice bipale. L'empennage est conventionnel. Afin de lui donner de bonnes performances ADAC, il dispose de volets Fowler.

Il reçoit la désignation usine ECH-002 et est baptisé Ñamcu (aiglon). La construction du premier prototype démarre en février 1987 et celui-ci est immatriculé CC-PZI le 31 mars 1989.

5 prototypes furent construits entre 1989 et 2001. Le premier d'entre eux effectua le vol inaugural le 8 mai 1989. Enaer le présente dans plusieurs salons aéronautiques (dont celui du Bourget en juin 1989, puis au Chili le 6 octobre la même année).

Les prototypes n°1 et 4 furent vendus à la force aérienne chilienne en juin 1996, où ils reçurent respectivement les immatriculations 181 et 182. Ils furent utilisés au sein du Groupe 11, à El Bosque.

Dès 1992, Enaer songe à une version améliorée et approche l'homme d'affaires néerlandais Jan Van Toorn en 1994. Elle fonde avec lui Euro-Enaer en 1997, afin de vendre le Ñamcu aux Pays-Bas : des ingénieurs chiliens y sont transférés dès le mois de février, avec les plans. La certification chilienne n'y étant pas reconnue et la certification internationale trop chère pour Enaer, il est développée dans une nouvelle version, baptisée EE-10 Eaglet.

Enaer récupère alors les prototypes vendus à la FACh (le n°4 en 1998 et le n°1 en 2000), et leur apporte des modifications sur le moteur (le Textron Lycoming O-235-N2C de 115 hp est remplacé par un O-320-D2A de 145 hp), l'hélice, l'avionique, le train d'atterrissage. Ils sont donc modifiés en EE-10 Eaglet. Le n°1 reste au Chili et est ré-immatriculé CC-PZC le 3 juillet 2001 mais le n°4 part aux Pays-Bas et est immatriculé PH-EAG dès avril 1998. C'est le prototype n°5 qui reçoit la certification JAR-23, le 13 juillet 2001.

Mais le programme commence à subir des difficultés : deux des prototypes se sont écrasés, le n°2 en avril 1990 et le n°3 le 11 février 1992 (entraînant mort d'homme dans le dernier cas). Quand à Euro-Enaer, elle fait faillite en février 2002 après avoir échouée à obtenir les droits de fabrication à temps. Enaer récupéra le prototype de l'Eaglet.

Le programme fut abandonné d'autant plus qu'un bon nombre d'appareils similaires faisaient leur apparition, et le prototype n°1 est désormais exposé au musée de l'air et de l'espace chilien. Le Namcu ne pourrait voler aujourd'hui qu'avec un certification expérimental, limité aux vols de démonstration et de tests, mais en aucun cas de manière opérationnelle.

Ancien pays utilisateur

Versions

Sur le forum…

  • La fiche sur le site

    Et 2 photos !
    Rang, sang, race et dieux n'entrent en rien dans le partage du vice… et de la vertu. (de Cape et de Crocs, tome 1).>> N'oubliez pas de lire et de relire le Réglement du forum>> N'oubliez pas de consulter les index des sujets avant de poster les vôtres.
      Lien   Revenir ici   Citer
  • Prototype d'avion d'entraînement monomoteur chilien des années 1980.

    En juin 1986, alors que la production du T-35 Pillán commençait, la société Enaer se lança dans la conception d'un avion d'entraînement léger et de voltige, destiné au marché civil (particuliers et clubs d'aviation) mais qui intéressa semble-t-il la force aérienne chilienne.

    Cet appareil fit appel à la conception assistée par ordinateur, et aux matériaux composites (fibres de verre et de carbone) pour la construction. Son entretien devait également être facile. Compte tenu de l'emplacement géographique d'Enaer, il est décidé de vendre l'appareil en kits à assembler, ce qui coûte 20000 dollars US sans le moteur et l'hélice. Les matériaux bruts sont fournis par les États-Unis, mais la conception est bien chilienne.

    Pour Enaer, c'est un véritable défi, consistant avant tout à obtenir de l'expérience à la fois avec les matériaux composites et dans la conception informatique.

    L'appareil est de facture classique : biplace côte-à-côte avec une verrière donnant une bonne visibilité, train d'atterrissage tricycle fixe, ailes basses, moteur à l'avant actionnant une hélice tractrice bipale. L'empennage est conventionnel. Afin de lui donner de bonnes performances ADAC, il dispose de volets Fowler.

    Il reçoit la désignation usine ECH-002 et est baptisé Ñamcu(aiglon). La construction du premier prototype démarre en février 1987 et celui-ci est immatriculé CC-PZI le 31 mars 1989.

    5 prototypes furent construits entre 1989 et 2001. Le premier d'entre eux effectua le vol inaugural le 8 mai 1989. Enaer le présente dans plusieurs salons aéronautiques (dont celui du Bourget en juin 1989, puis au Chili le 6 octobre la même année).

    Les prototypes n°1 et 4 furent vendus à la force aérienne chilienne en juin 1996, où ils reçurent respectivement les immatriculations 181 et 182. Ils furent utilisés au sein du Groupe 11, à El Bosque.

    Dès 1992, Enaer songe à une version améliorée et approche l'homme d'affaires néerlandais Jan Van Toorn en 1994. Elle fonde avec lui Euro-Enaer en 1997, afin de vendre le Ñamcu aux Pays-Bas : des ingénieurs chiliens y sont transférés dès le mois de février, avec les plans. La certification chilienne n'y étant pas reconnue et la certification internationale trop chère pour Enaer, il est développée dans une nouvelle version, baptisée EE-10 Aiglet.

    Enaer récupère alors les prototypes vendus à la FACh (le n°4 en 1998 et le n°1 en 2000), et leur apporte des modifications sur le moteur (le Textron Lycoming O-235-N2C de 115 hp est remplacé par un O-320-D2A de 145 hp), l'hélice, l'avionique, le train d'atterrissage. Ils sont donc modifiés en EE-10 Eaglet. Le n°1 reste au Chili et est ré-immatriculé CC-PZC le 3 juillet 2001 mais le n°4 part aux Pays-Bas et est immatriculé PH-EAG dès avril 1998. C'est le prototype n°5 qui reçoit la certification JAR-23, le 13 juillet 2001.

    Mais le programme commence à subir des difficultés : deux des prototypes se sont écrasés, le n°2 en avril 1990 et le n°3 le 11 février 1992 (entraînant mort d'homme dans le dernier cas). Quand à Euro-Enaer, elle fait faillite en février 2002 après avoir échouée à obtenir les droits de fabrication à temps. Enaer récupéra le prototype de l'Eaglet.

    Le programme fut abandonné d'autant plus qu'un bon nombre d'appareils similaires faisaient leur apparition, et le prototype n°1 est désormais exposé au musée de l'air et de l'espace chilien. Le Namcu ne pourrait voler aujourd'hui qu'avec un certification expérimental, limité aux vols de démonstration et de tests, mais en aucun cas de manière opérationnelle.


    Versions :

    ECH-02 Namcu : Version chilienne, 4 prototypes.

    n°1 : CC-PZI, puis 181 au sein de la FACh de 1996 à 2000, puis modifié en EE-10 Aiglet (CC-PZC)

    n°2 : CC-PZJ. Construit en 1990 et immatriculé le 9 avril. Il est présenté à Farnborough en 1990. Après 150 heures de vol il est victime d'un phénomène de flutter qui brise la section arrière, mais put atterrir. Les restes servirent à une investigation intensive sur la structure.

    n°3 : CC-PZK (immatriculé le 28 octobre 1991). Cet appareil fut destiné à obtenir la certification chilienne et intéressa une autre force aérienne, l'IAF. Il reçut des modifications à la demande de cette force aérienne. Il s'écrasa le 11 février 1992 à San Damanio, tuant le Squadron commander Saa Francisco Izquierdo. Cela mit fin à tout projet d'association et marqua le début de la fin du programme.

    n°4 : CC-PZL (construit en 1993 après le crash du n°3), immatriculé le 26 mars 1993. Il était destiné à étudier la faisabilité de la construction en kit afin de pénétrer le marché nord-américain. Il est transféré à la FACh de juin 1996 à 1998, puis à Euro-Enaer sous l'immatriculation PH-EAG.

    EE-10 Eaglet : Version internationale, 3 prototypes dont 2 ECH-02 modifiés.

    n°5 : premier EE-10 Eaglet construit en tant que tel. Sa construction se fit en temps réel au fur et à mesure des informations arrivées de Hollande. Il fut immatriculé PH-ABG en novembre 2000 et reçut la certification JAR-23 le 13 juillet 2001. Il revint au Chili en août 2002 et reçut l'immatriculation CC-PBZ le 27 novembre 2002.




    https://translate.google.fr/translate?hl=fr&sl=es&u=https://es.wikipedia.org/wiki/ENAER_ECH-02_%25C3%2591amcu&prev=search


    https://en.wikipedia.org/wiki/Euro-ENAER


    http://all-aero.com/index.php/contactus/45-planes-d-e-f/3298-enaer-namcu-eaglet


    https://translate.google.fr/translate?hl=fr&sl=es&u=http://ivansiminic.blogspot.com/2010/09/breve-historia-del-namcu-chileno-demos.html&prev=search
    Rang, sang, race et dieux n'entrent en rien dans le partage du vice… et de la vertu. (de Cape et de Crocs, tome 1).>> N'oubliez pas de lire et de relire le Réglement du forum>> N'oubliez pas de consulter les index des sujets avant de poster les vôtres.
      Lien   Revenir ici   Citer