Atlas Oryx

Chercher dans le contenu des messages
  • En dehors de la France, la force aérienne sud-africaine fut le principal utilisateur (et même le premier client export) du Puma. Lors de la guerre contre l'Angola, la nécessité d'un appareil gunship se fit jour : les transformations subies par l'Alouette III étaient insuffisantes. Le XH-1 Apha, purement expérimental, allait donner naissance au AH-2 Rooivalk, mais aussi à une version améliorée du Puma : l'Oryx. Celui-ci doit son nom a une variété d'antilope.

    2 Puma furent convertis en XTP-1 Beta en avril 1987 par Atlas. Ils étaient d'abord destinés à tester certains composants du AH-2 Rooivalk. Ils disposaient notamment d'ailes comportant deux points d'emport chacune, notamment pour des nacelles de roquettes ou de canons, ainsi que d'un canon GA-1 de 20 mm en position ventrale. Atlas prit conscience au cours des essais des avantages d'un Puma amélioré.

    Un SA 330L, le n°177, fut porté au standard Oryx et dépassa les prévisions du programme. De plus, l'Afrique du Sud souffrait d'embargo et ressentait la nécessité de développer ses propres armes. Avoir assemblé sous licence le Puma facilita grandement le programme.

    L'Oryx est une version améliorée et reconstruite du Puma, équivalente au Super Puma, et dont les coûts d'opération sont réduits de 25 à 30%. Les premiers exemplaires furet dotés du filtre à poussières déjà présents sur les Puma sud-africains, mais les exemplaires suivants bénéficièrent d'un nouveau filtre.

    La cellule reste identique à celle du Puma, mais la structure a été revue et modernisée. Elle utilise des matériaux composites en carbone construits sur place. La cellule est ainsi plus légère et plus solide, ce qui améliore l'endurance et la maniabilité. La différence externe la plus visible est une queue rallongée de 50 cm. La Roumanie fournit 50 IAR 330 en 1986 pour servir de base à la construction des Oryx. Des turbines Makila 1A1 de 1400 kW furent obtenues via la force aérienne portugaise puis une compagnie zaïroise. Ces deux opérations se firent en secret.

    51 exemplaires (prototype inclue) furent construits jusqu'en 1991, année pendant laquelle la force aérienne dévoila son existence. Il vint remplacer le Puma et le Super Frelon. Il fut dévoilé au public en août 1991, lors d'un meeting à Potchefstroom. Environ 35 exemplaires sont toujours en service.

    L'Oryx est un hélicoptère de moyen tonnage multi-missions, mis en œuvre par un équipage de 3 membres (pilote, copilote, mécanicien). Il sert au transport de troupes, de fret, aux liaisons, au déploiement de forces spéciales, de lutte contre les incendies et aux missions SAR. Il peut emporter 20 soldats, 6 civières avec 2 ou 4 aides-soignants, 3,6 tonnes de fret en interne ou 6 tonnes de fret sous élingue. Il dispose d'un treuil pour 2 personnes, avec un câble de 50 mètres. Il est aussi armé de 2 mitrailleuses de 7,62 mm installées à la porte, généralement des FN-MAG belges.

    L'Oryx fut construit en 4 variantes : l'Oryx de base pour les missions terrestres, l'Oryx M navalisé utilisé par le 15e squadron sur les côtes, l'Oryx M1 qui est un Oryx M embarqué et utilisé par le 22e squadron, et enfin l'Oryx M2 plus connu sous le nom d'Oryx Mk II. 2 Oryx ont été modifiés en Oryx Mk 2 pour mener des opérations en Antarctique et furent livrés en octobre 1997 : l'un d'eux s'est écrasé en juillet 2004. Ils se distinguaient par une livrée rouge et blanche.

    L'Oryx peut emporter le système GSY 1501 conçu par Grinaker, permettant de brouiller les radars ou les communications ennemies. L'Oryx M1 est également utilisé par la marine sud-africaine, pour le ravitaillement à la mer, les missions SAR, le transport et la reconnaissance. 3 Oryx ont été déployés pour remplir des missions humanitaires en février 2000 au Mozambique, lorsque ce dernier fut victime d'inondations.

    Une rénovation à mi-vie fut envisagée pour 38 exemplaires en 2008 par Denel, afin de laisser l'Oryx en service jusqu'aux années 2015-2020. Nommée Drummer II, elle fut retardée par les restrictions budgétaires et les tests en vol. limitèrent les améliorations à la cellule, ainsi qu'au système de navigation et de communication. Un cockpit avec écrans multifonctions était envisagé. Il dispose tout de même d'une navigation par GPS/INS, d'un radar météorologique et cartographique, ainsi que de jumelles de vision de nuit. Le programme devrait se terminer en octobre 2014 au lieu de juin 2012.

    En 2014, il s'agit de l'unique hélicoptère moyen tonnage utilitaire mis en œuvre par la force aérienne sud-africaine.




    http://www.helicopassion.com/fr/03/puma18.htm


    http://en.wikipedia.org/wiki/Atlas_Oryx


    http://www.airforce-technology.com/projects/atlas-oryx/


    http://www.sa-transport.co.za/aircraft/atlas/oryx_1.html


    http://www.defenceweb.co.za/index.php?option=com_content&view=article&id=5911:zz&catid=79:fact-files&Itemid=159
    Rang, sang, race et dieux n'entrent en rien dans le partage du vice… et de la vertu. (de Cape et de Crocs, tome 1).>> N'oubliez pas de lire et de relire le Réglement du forum>> N'oubliez pas de consulter les index des sujets avant de poster les vôtres.
      Lien   Revenir ici   Citer
  • La fiche sur le site

    Je l'ai considéré comme une variante du SA 330 Puma, elle est donc rattachée à la fiche du Puma. :)
    Rang, sang, race et dieux n'entrent en rien dans le partage du vice… et de la vertu. (de Cape et de Crocs, tome 1).>> N'oubliez pas de lire et de relire le Réglement du forum>> N'oubliez pas de consulter les index des sujets avant de poster les vôtres.
      Lien   Revenir ici   Citer
  • Choix parfaitement logique et cohérent, au vu de la filiation de l'appareil.

    Merci pour la fiche.
    ¤ Nicolas Sur AMN : Nico2, inscrit le 09 Jan 2006, 16:45>> N'oubliez pas de lire et de relire le Règlement du forum.>> N'oubliez pas de consulter les index des sujets avant de poster les vôtres.
      Lien   Revenir ici   Citer
Ils sont en ligne en ce moment :