EKW C-36

Rappels

  • Catégorie : Avion d'assaut
  • Constructeur : EKW drapeau du pays
  • Premier vol : 15 mai 1939
  • Production : 174 appareils construits (cellules neuves)
  • Voir aussi… : F+W C-3605 Schlepp

Historique

L’EKW C-36 est un avion monomoteur biplace en tandem, monoplan à ailes basses, bidérive et train escamotable.

Concurrent malheureux face au C-35 lors de l’appel d’offre pour le remplacement des Fokker C-VE par les Troupes d’aviations suisses en 1936, le C-36 n’aurait jamais dû voler.

En effet, le C-36 a été conçu en 1934 par l’ingénieur en chef des Ateliers fédéraux d’aviation de Thoune (EKW), M. Thouret. À la même époque, d’autres ingénieurs dressaient les plans du C-35, un biplan ressemblant un peu à un Fokker C-VE amélioré. Après avoir vu le C-35 retenu par le gouvernement helvétique, alors qu’il était l’option la moins risquée, mais surtout la moins performante, l’ingénieur en chef et concepteur du C-36 a démissionné et rejoint la Société Aéronautique Française qui construisait les Dewoïtine. Les plans de son appareil restèrent au fond d’un tiroir durant plusieurs années.

En 1938, des personnes proches du projet repensent à cet appareil de papier et en font un prototype : le C-3602. Après quelques essais, ils en arrivent à la conclusion qu’à part un manque de puissance, les performances semblent correspondre aux calculs effectués.

Le 20 août 1939, l’appareil est livré aux Troupes d’aviations suisses pour d’autres essais. Malheureusement, lors d’un vol l’aile se met à vibrer et l’appareil s’écrase au sol après que le pilote ait sauté en parachute.

En 1940, un second prototype sort des ateliers fédéraux de Thoune. Les essais sont positifs et l’armée de l’air en commande 10 exemplaires, nommés C-3603. Ils sont livrés dès 1942, et sont reconnaissables à leurs extrémités d’ailes arrondies et à leurs trains d’atterrissage rétractables.

L’armée, satisfaite de leurs performances, commande 144 autres exemplaires : 142 appareils de combat et 2 d’entrainement. Ils seront appelé C-3603-1 et posséderont une envergure un peu plus faible avec des extrémités d’ailes carrées, ainsi que quelques autres modifications permettant d’améliorer les performances. Ils sont livrés en 1943 et 1944.



Comme le C-3603 est un appareil maniable et facile à piloter, il est rapidement utilisé pour de multiples tâches. Dès 1945, l’armée suisse teste un C-3603 comme remorqueur de cible pour l’artillerie anti-aérienne. Il est équipé d’un treuil électrique manipulé par un homme assis sur le siège arrière qui permet d’éloigner ou de rapprocher une manche-à-air faisant figure de but, fixée au bout d’un filin en acier. L’expérience est une réussite et il est décidé d’en modifier 20 autres, mais cette fois, le treuil n’est plus fixé sous le fuselage, mais à l’arrière de celui-ci. Un de ces appareils équipé en remorqueur de cible a même été muni de tubes lumineux éclairant le dessous de l’avion pour permettre l’entrainement au pointage de la DCA durant la nuit.
Plusieurs fois des bavures eurent lieu et les C-3603-1 sont rentrés avec des impacts ou des éclats dans les ailes et le fuselage. Un jour on frôla la catastrophe lorsqu’un projectile traversa le plancher de l’appareil, passa entre les jambes et les bras du pilote, frôla son visage et pour finir, pulvérisa la verrière au dessus de sa tête.

En 1948, 6 nouveaux C-3603-1 sont fabriqués avec les pièces de rechanges gardées précieusement en craignant de nombreuses pertes durant le conflit, ce qui ne fut pas le cas.

Les C-3603-1 sont utilisés pour la première (et seule) fois comme bombardier en 1951 lorsque de très grosses avalanches ont coupés de nombreuses voies de circulation. Ces appareils ont largués près des villages et des fermes isolées des conteneurs en bois contenant des médicaments, de la nourriture et d’autres produits de première nécessité.

En 1954, le C-3604 équipé d’un moteur Saurer est construit, malheureusement ce ne fut pas une réussite. Beaucoup de pannes et divers autres problèmes émaillèrent les tests. 12 avions sont toutefois fabriqués, mais ils ne feront jamais carrière: le programme est abandonné en 1956…

Dans les années 1960, les moteurs Hispano-Suiza commencent à se faire vieux. Une étude de marché est lancée en 1963 pour trouver un nouveau remorqueur de cible, mais les appareils disponibles sont tous jugés trop chers tout en ne remplissant pas le cahier des charges.



Les cellules des C-3603-1 étant encore en très bon état, l’ingénieur en chef de l’usine d’aviation d’Emmen imagine remplacer les moteurs à pistons par des turbopropulseurs. Cela donnera naissance au C-3605.


Texte de Jericho, avec son aimable autorisation.

Versions

  • EKW C-3601 : Premier prototype au train d’atterrissage principal fixe, aux extrémités de voilures arrondies et propulsé par un Hispano-Suiza 12 YCrs de 860cv.
  • EKW C-3602 : Second prototype propulsé par un moteur Hispano-Suiza 12 Y-51 de 1000cv.
  • EKW C-3603 : Première version du C-3603 produite équipée du Hispano-Suiza 12 Y-51.
  • EKW C-3603-1 : Version la plus fabriquée du C-36. 148 exemplaires.
  • EKW C-3603-1Tr : Version d’entrainement avancé. 2 exemplaires.
  • EKW C-3604 : Version similaire au C-3603-1 mais dotée d’un Saurer YS-2 de 1245cv et de 2 canons de 20mm supplémentaires.

Sur le forum…

  • C-3603 en statique à Payerne durant Air14:

    [attachment=2:3kn2217m]<!– ia2 –>1_C3603_1.jpg<!– ia2 –>[/attachment:3kn2217m]

    [attachment=1:3kn2217m]<!– ia1 –>1_C3603_2.jpg<!– ia1 –>[/attachment:3kn2217m]

    [attachment=0:3kn2217m]<!– ia0 –>1_C3603_3.jpg<!– ia0 –>[/attachment:3kn2217m]

    Les photos dans l'album: photo1, photo2 et photo3
    " J’ignore la nature des armes que l’on utilisera pour la troisième guerre mondiale. Mais pour la quatrième, on se battra à coup de pierres."  A. Einstein"Quand on change son fusil d'épaule, il y a intérêt à ne pas partir de la droite, sinon on passe l'arme à gauche."  Ph. Geluck
      Lien   Revenir ici   Citer
  • Clansman a écrit

    La fiche sur le site
    Merci! ;)
    " J’ignore la nature des armes que l’on utilisera pour la troisième guerre mondiale. Mais pour la quatrième, on se battra à coup de pierres."  A. Einstein"Quand on change son fusil d'épaule, il y a intérêt à ne pas partir de la droite, sinon on passe l'arme à gauche."  Ph. Geluck
      Lien   Revenir ici   Citer
  • La fiche sur le site
    Rang, sang, race et dieux n'entrent en rien dans le partage du vice… et de la vertu. (de Cape et de Crocs, tome 1).>> N'oubliez pas de lire et de relire le Réglement du forum>> N'oubliez pas de consulter les index des sujets avant de poster les vôtres.
      Lien   Revenir ici   Citer
  • V'là ma p'tite fiche hebdomadaire sur les avions conçus en Suisse (m'en reste plus des masses :mrgreen: ), et c'est au tour de l'EKW C-36 …


    L’EKW C-36 est un avion monomoteur biplace en tandem, monoplan à ailes basses, bidérive et train escamotable.

    Concurrent malheureux face au C-35 lors de l’appel d’offre pour le remplacement des Fokker C-VE par les Troupes d’aviations suisses en 1936, le C-36 n’aurait jamais dû voler.

    En effet, le C-36 a été conçu en 1934 par l’ingénieur en chef des Ateliers fédéraux d’aviation de Thoune (EKW), M. Thouret. À la même époque, d’autres ingénieurs dressaient les plans du C-35, un biplan ressemblant un peu à un Fokker C-VE amélioré. Après avoir vu le C-35 retenu par le gouvernement helvétique, alors qu’il était l’option la moins risquée, mais surtout la moins performante, l’ingénieur en chef et concepteur du C-36 a démissionné et rejoint la Société Aéronautique Française qui construisait les Dewoïtine. Les plans de son appareil restèrent au fond d’un tiroir durant plusieurs années.

    En 1938, des personnes proches du projet repensent à cet appareil de papier et en font un prototype : le C-3602. Après quelques essais, ils en arrivent à la conclusion qu’à part un manque de puissance, les performances semblent correspondre aux calculs effectués.

    Le 20 août 1939, l’appareil est livré aux Troupes d’aviations suisses pour d’autres essais. Malheureusement, lors d’un vol l’aile se met à vibrer et l’appareil s’écrase au sol après que le pilote ait sauté en parachute.

    En 1940, un second prototype sort des ateliers fédéraux de Thoune. Les essais sont positifs et l’armée de l’air en commande 10 exemplaires, nommés C-3603. Ils sont livrés dès 1942, et sont reconnaissables à leurs extrémités d’ailes arrondies et à leurs trains d’atterrissage rétractables.

    L’armée, satisfaite de leurs performances, commande 144 autres exemplaires : 142 appareils de combat et 2 d’entrainement. Ils seront appelé C-3603-1 et posséderont une envergure un peu plus faible avec des extrémités d’ailes carrées, ainsi que quelques autres modifications permettant d’améliorer les performances. Ils sont livrés en 1943 et 1944.

    Comme le C-3603 est un appareil maniable et facile à piloter, il est rapidement utilisé pour de multiples tâches. Dès 1945, l’armée suisse teste un C-3603 comme remorqueur de cible pour l’artillerie anti-aérienne. Il est équipé d’un treuil électrique manipulé par un homme assis sur le siège arrière qui permet d’éloigner ou de rapprocher une manche-à-air faisant figure de but, fixée au bout d’un filin en acier. L’expérience est une réussite et il est décidé d’en modifier 20 autres, mais cette fois, le treuil n’est plus fixé sous le fuselage, mais à l’arrière de celui-ci. Un de ces appareils équipé en remorqueur de cible a même été muni de tubes lumineux éclairant le dessous de l’avion pour permettre l’entrainement au pointage de la DCA durant la nuit.
    Plusieurs fois des bavures eurent lieu et les C-3603-1 sont rentrés avec des impacts ou des éclats dans les ailes et le fuselage. Un jour on frôla la catastrophe lorsqu’un projectile traversa le plancher de l’appareil, passa entre les jambes et les bras du pilote, frôla son visage et pour finir, pulvérisa la verrière au dessus de sa tête.

    En 1948, 6 nouveaux C-3603-1 sont fabriqués avec les pièces de rechanges gardées précieusement en craignant de nombreuses pertes durant le conflit, ce qui ne fut pas le cas.

    Les C-3603-1 sont utilisés pour la première (et seule) fois comme bombardier en 1951 lorsque de très grosses avalanches ont coupés de nombreuses voies de circulation. Ces appareils ont largués près des villages et des fermes isolées des conteneurs en bois contenant des médicaments, de la nourriture et d’autres produits de première nécessité.

    En 1954, le C-3604 équipé d’un moteur Saurer est construit, malheureusement ce ne fut pas une réussite. Beaucoup de pannes et divers autres problèmes émaillèrent les tests. 12 avions sont toutefois fabriqués, mais ils ne feront jamais carrière: le programme est abandonné en 1956…

    Dans les années 1960, les moteurs Hispano-Suiza commencent à se faire vieux. Une étude de marché est lancée en 1963 pour trouver un nouveau remorqueur de cible, mais les appareils disponibles sont tous jugés trop chers tout en ne remplissant pas le cahier des charges.

    Les cellules des C-3603-1 étant encore en très bon état, l’ingénieur en chef de l’usine d’aviation d’Emmen imagine remplacer les moteurs à pistons par des turbopropulseurs. Le choix s’est porté sur des Lycoming T53-L-7 de 1’100cv (820 kW). Ces derniers étant plus légers que les moteurs d’origine, il est décidé d’allonger le nez de l’appareil de 1,82 mètre, afin de ne pas décaler le centre de gravité.
    Son premier vol a eut lieu le 19 août 1968. L’empennage est muni d’un stabilisateur vertical au centre pour améliorer la stabilité et un système hydraulique remplace l’ancien treuil. Le prototype ayant des performances satisfaisantes, il est décidé de transformer 23 autres C-3603-1 en C-3605.

    L’investissement minime pour la modification de ces appareils est un des plus rentables que les Troupes suisses d’aviations aient faits : devant servir jusqu’en 1980, ce n’est qu’en 1987 qu’ils sont finalement remplacés par des Pilatus PC-9, les plus vieilles cellules ayant servi durant 44 ans. Mais c’est certainement aussi le programme qui a débouché sur le plus horrible appareil des forces aériennes suisses, la peinture jaune et noire sur son énorme nez n’a rien arrangé, et son surnom a été durant sa carrière l’ « Alpine Anteater » (le fourmilier alpin).


    Versions :

    C-3601 : Premier prototype avec des extrémités de voilures arrondies, le train d’atterrissage principal fixe et propulsé par un moteur à pistons Hispano-Suiza 12 YCrs de 860cv (641 kW).

    C-3602 : Second prototype propulsé par un moteur à piston Hispano-Suiza 12 Y-51 de 1’000cv (746 kW).

    C-3603 : Première version du C-3603 produite équipée du moteur Hispano-Suiza 12 Y-51. Elle est équipée d’un train d’atterrissage rétractable, d’un canon Oerlikon de 20mm tirant à travers le moyeu de l’hélice, de deux mitrailleuses de 7,5mm dans les ailes et de deux autres mitrailleuses de 7,5mm actionnées depuis l’arrière du cockpit. 10 C-3603 seront fabriqués, 9 seront modifiés en C-3603-1.

    C-3603-1 : Version la plus fabriquée du C-36, avec 148 exemplaires. Cette version est caractérisée par une envergure plus faible, passant de 15,10m à 13,74m. De plus, les extrémités des ailes sont carrées. Ils ont servi dans la Luftwaffe suisse de 1942 à 1952. Une vingtaine sera transformée en remorqueurs de cibles (Schlepp) entre 1945 et 1948.

    C-3603-1 "Lastenträger" : Utilisé comme avion d'entrainement, il peut aussi être utilisé pour porter des charges logées dans deux tubes sous les ailes. Les 20 exemplaires sont restés en service de 1942 à 1952.

    C-3603-1 Tr : Version d’entrainement avancé. Il n'a été construit qu'à 2 exemplaires. C'est un avion école qui a servi de 1945 à 1974.

    C-3603-1 "Schlepp" : Avion tracteur de cibles pour l'entrainement air-air et sol-air. La Suisse en a acheté 21 exemplaires. Il a été utilisé de 1945 à 1952.

    C-3603-1 "Schlepp-Leucht" : C’est un avion tracteur de cibles modifié avec des tubes lumineux sous les ailes et le fuselage, utilisé pour l’entrainement au pointage des canons DCA de nuit. Un exemplaire a été modifié ainsi. Il a servi de 1945 à 1946.

    C-3603-1 "Firefley" : Autre avion tracteur de cibles. Le seul exemplaire construit a servi de 1953 à 1955.

    C-3604 : Identique au C-3603-1, mais muni d’un moteur Saurer YS-2 de 1’245cv (929 kW) et de deux canons de 20mm supplémentaires dans les ailes. Un prototype et 11 appareils de série seront fabriqués à partir de 1954, mais ne seront jamais utilisés à cause, entre autre, de problèmes de fiabilité du moteur et de stabilité.

    C-3605 : Version du C-3603-1 équipée d’un turbopropulseur Lycoming T53-L-7 de 1’100cv (820 kW). 1er vol en 1968, 24 appareils seront transformés entre 1971 et 1973 par F+W (Farner Werke). Ils resteront en service jusqu’en 1987.

    Caractéristiques EKW C-3603-1:
    Equipage : 1 pilote et 1 observateur/mitrailleur
    Longueur : 10,25m
    Envergure : 13,74m
    Hauteur : 3,29m
    Surface alaire : 28,4m2
    Masse à vide : 2’325kg
    Masse maximale au décollage : 4’085kg

    Moteur :
    1 moteur Hispano-Suiza HS-51 12 de 1’000cv (746kW)

    Performances :
    Vitesse maximale : 446 km/h
    Distance franchissable : 680km
    Durée de vol : 2h
    Plafond pratique : 8’700m
    Vitesse ascensionnelle : 10,4 m/s (624m/min)

    Armement :
    1 canon de 20mm tirant à travers le moyeu de l’hélice.
    2 mitrailleuses de 7,5mm dans les ailes
    2 mitrailleuses de 7,5mm dirigées depuis l’habitacle arrière
    Jusqu’à 400kg de bombes

    ……………………………………………………………………………………

    Caractéristiques K+W C-3605:
    Equipage : 1 pilote et 1 opérateur
    Longueur : 12,03m
    Envergure : 13,74m
    Hauteur : 4,05m
    Surface alaire : 28,70m2
    Masse à vide : 2’634kg
    Masse maximale au décollage : 3’716kg
    Capacité en carburant : 510L

    Moteur :
    1 turbopropulseur Lycoming T53-L-7 de 1’100cv (820 kW)

    Performances :
    Vitesse maximale : 432 km/h à 3’000m
    Vitesse de croisière : 420km/h
    Vitesse maximale autorisée : 600km/h
    Vitesses d’approche minimale : 98km/h
    Distance franchissable : 980km
    Durée de vol : 2h20
    Plafond pratique : 10’000m


    Edit:
    Quelques liens sur internet (que je n'ai pas utilisé, mais ça fait "bien")…

    http://en.wikipedia.org/wiki/EKW_C-36

    http://www.plane-crazy.net/links/c3605.htm

    http://aviation-militaire.kazeo.com/Avions-suisses/EKW-C-36,a1747365.html
    " J’ignore la nature des armes que l’on utilisera pour la troisième guerre mondiale. Mais pour la quatrième, on se battra à coup de pierres."  A. Einstein"Quand on change son fusil d'épaule, il y a intérêt à ne pas partir de la droite, sinon on passe l'arme à gauche."  Ph. Geluck
      Lien   Revenir ici   Citer