SAI Ambrosini CVV.6 Canguro

Rappels

  • Catégorie : Planeur
  • Constructeur : SAI Ambrosini drapeau du pays
  • Premier vol : 1941
  • Production : 35 appareils construits (cellules neuves)

Historique

Le CVV-6 Canguro est un planeur biplace à ailes hautes, muni d’un empennage conventionnel et d’un train d’atterrissage monovoie fixe.

En 1939, Ermenegildo Preti, de l'École Polytechnique de Milan, dessine un planeur biplace à ailes hautes entièrement construit en bois. Pour avoir une section la plus fine possible, il aménage son poste de pilotage avec deux sièges en tandem. On accède au siège avant par le basculement de la verrière et au siège arrière par une trappe vitrée au-dessus du fuselage. En cas d’urgence, il est possible de larguer les verrières durant le vol. Le tableau de bord est équipé de tous les instruments nécessaires au vol sans visibilité. Les ailes, en position haute, se situent au-dessus du siège arrière et leur envergure est d’une vingtaine de mètres. Elles sont effilées avec les extrémités arrondies et sont équipées de volets à double-fentes sur les deux tiers extérieurs, ainsi que d’aérofreins sur le dessus et le dessous. L’empennage est conventionnel. Le train d’atterrissage des premiers modèles est constitué d’un chariot, muni de deux roues, détachable en vol. Par la suite il est constitué d’une roue à basse pression située sous le poste de pilotage, juste à l’avant du centre de gravité, et d’un sabot à l’arrière.

La construction des CVV-6 est confiée à l’Aeronautica Lombarda di Cantù et le premier vol est effectué au printemps 1941, piloté par Nello Valzania. Bien que destiné aux aéroclubs civils, l’ANR (Aeronautica Nazionale Repubblicana) en commande 6 exemplaires pour la formation de ses pilotes au vol à voile.

Un seul sera livré avant la chute du gouvernement de Mussolini, le deuxième appareil tout juste terminé n’est pas livré, les six autres ne sont achevées qu’en 1950, par la Società d'Aeronautica Italiana (SAI) Ambrosini. Cette société en construit 24 exemplaires de plus et les 31 exemplaires sont livrés à l’AMI (Aeronautica Militare Italiana). L’entreprise Meteor SpA construit de son côté 3 exemplaires et un club de vol à voile en monte également un exemplaire. Ces appareils sont utilisés dans le civil par des aéroclubs.

Le CVV6 obtiendra plusieurs places d’honneurs dans divers championnats de vol à voile. En 1955, Adriano Mantelli et Ettore Muzi battent le record du monde d’endurance avec un vol de plus de 28h aux commandes d’un Canguro.

Au total, 35 appareils sont construits : 3 entre 1940 et 1943, 4 commencés en 1943 et achevés en 1950 et 28 entre 1950 et 1953.

Le 22 avril 1953, un Canguro devient le premier planeur à traverser les Apennins, piloté par le colonel Adriano Mantelli. Ce dernier, qui est non seulement pilote, mais également concepteur de planeur et commandant du Centre militaire de vol de l’AMI, étudie avec Ermenegildo Preti la possibilité de transformer le Canguro en motoplaneur dès 1955. Le CVV.6 immatriculé MM 100028 est donc équipé d’un mat, installé sur le dessus de l’aile, supportant un moteur à piston Ambrosini P.25 de 16,4kW (22cv) qui actionne une hélice bipale.
Il est testé en vol pour la première fois le 21 septembre de la même année par le colonel Mantelli.

La seconde étape consiste à motoriser le planeur avec un turboréacteur. Il faut donc démonter le mat avec le moteur, puis démonter le siège arrière pour laisser assez de place pour le turbopropulseur. Ensuite, le Turboméca Palas de 150 kgp installé sur le prototype du Caproni F-5 est démonté, puis remonté sur le CVV.6 redésigné alors Canguro Palas. Une entrée d’air est installée sous le fuselage et des réservoirs de carburant sont installés à l’emplanture des ailes.

Le premier vol est effectué en janvier 1962, avec bien entendu le colonel Mantelli aux commandes. Par la suite, le moteur est monté sur un Mantelli AM.12 durant quelques mois, avant d’être remonté sur le Cangaro Palas. Durant les essais en vol suivants, l’appareil atteint l’altitude de 10'400, mais ce record n’a pas pu être officialisé. Par contre, durant un essai officiel effectué le 24 septembre 1964, le Canguro Palas a officiellement battu le record d’altitude de sa catégorie en atteignant 9’366m.

À la fin des essais, le Canguro Palas est utilisé pour remorquer d’autres planeurs. Il ne lui fallait que 150 m pour décoller et emporter l’autre planeur avec une vitesse ascensionnelle de 2 m/s.

En 1964, des essais sont effectués avec un moteur électrique Hirtz Solo F-36 actionnant une hélice bipale. Et avec une fois de plus le colonel Mantelli aux commandes.

En ce moment, le Canguro Palas est visible au Museo Storico dell'Aeronautica di Vigna di Valle.


Texte de Jéricho, avec son aimable autorisation.

Anciens pays utilisateurs

Versions

Sur le forum…

  • Clansman a écrit

    La fiche sur le site
    Merci Clansman! ;)
    " J’ignore la nature des armes que l’on utilisera pour la troisième guerre mondiale. Mais pour la quatrième, on se battra à coup de pierres."  A. Einstein"Quand on change son fusil d'épaule, il y a intérêt à ne pas partir de la droite, sinon on passe l'arme à gauche."  Ph. Geluck
      Lien   Revenir ici   Citer
  • La fiche sur le site

    Pas de miracles côté icono… Sur Flickr, vous trouverez 3 belles photos, mais non libres de droits.
    Rang, sang, race et dieux n'entrent en rien dans le partage du vice… et de la vertu. (de Cape et de Crocs, tome 1).>> N'oubliez pas de lire et de relire le Réglement du forum>> N'oubliez pas de consulter les index des sujets avant de poster les vôtres.
      Lien   Revenir ici   Citer
  • Le CVV-6 Canguro est un planeur biplace à ailes hautes, muni d’un empennage conventionnel et d’un train d’atterrissage monovoie fixe.

    En 1939, Ermenegildo Preti, de l'École Polytechnique de Milan, dessine un planeur biplace à ailes hautes entièrement construit en bois. Pour avoir une section la plus fine possible, il aménage son poste de pilotage avec deux sièges en tandem. On accède au siège avant par le basculement de la verrière et au siège arrière par une trappe vitrée au-dessus du fuselage. En cas d’urgence, il est possible de larguer les verrières durant le vol. Le tableau de bord est équipé de tous les instruments nécessaires au vol sans visibilité. Les ailes, en position haute, se situent au-dessus du siège arrière et leur envergure est d’une vingtaine de mètres. Elles sont effilées avec les extrémités arrondies et sont équipées de volets à double-fentes sur les deux tiers extérieurs, ainsi que d’aérofreins sur le dessus et le dessous. L’empennage est conventionnel. Le train d’atterrissage des premiers modèles est constitué d’un chariot, muni de deux roues, détachable en vol. Par la suite il est constitué d’une roue à basse pression située sous le poste de pilotage, juste à l’avant du centre de gravité, et d’un sabot à l’arrière.

    La construction des CVV-6 est confiée à l’Aeronautica Lombarda di Cantù et le premier vol est effectué au printemps 1941, piloté par Nello Valzania. Bien que destiné aux aéroclubs civils, l’ANR (Aeronautica Nazionale Repubblicana) en commande 6 exemplaires pour la formation de ses pilotes au vol à voile.
    Un seul sera livré avant la chute du gouvernement de Mussolini, le deuxième appareil tout juste terminé n’est pas livré, les six autres ne sont achevées qu’en 1950, par la Società d'Aeronautica Italiana (SAI) Ambrosini. Cette société en construit 24 exemplaires de plus et les 31 exemplaires sont livrés à l’AMI (Aeronautica Militare Italiana). L’entreprise Meteor SpA construit de son côté 3 exemplaires et un club de vol à voile en monte également un exemplaire. Ces appareils sont utilisés dans le civil par des aéroclubs.

    Le CVV6 obtiendra plusieurs places d’honneurs dans divers championnats de vol à voile. En 1955, Adriano Mantelli et Ettore Muzi battent le record du monde d’endurance avec un vol de plus de 28h aux commandes d’un Canguro.

    Au total, 35 appareils sont construits : 3 entre 1940 et 1943, 4 commencés en 1943 et achevés en 1950 et 28 entre 1950 et 1953.

    Le 22 avril 1953, un Canguro devient le premier planeur à traverser les Apennins, piloté par le colonel Adriano Mantelli.
    Ce dernier, qui est non seulement pilote, mais également concepteur de planeur et commandant du Centre militaire de vol de l’AMI, étudie avec Ermenegildo Preti la possibilité de transformer le Canguro en motoplaneur dès 1955. Le CVV.6 immatriculé MM 100028 est donc équipé d’un mat, installé sur le dessus de l’aile, supportant un moteur à piston Ambrosini P.25 de 16,4kW (22cv) qui actionne une hélice bipale.
    Il est testé en vol pour la première fois le 21 septembre de la même année par le colonel Mantelli.

    La seconde étape consiste à motoriser le planeur avec un turboréacteur. Il faut donc démonter le mat avec le moteur, puis démonter le siège arrière pour laisser assez de place pour le turbopropulseur. Ensuite, le Turboméca Palas de 150kgp installé sur le prototype du Caproni F-5 est démonté, puis remonté sur le CVV.6 redésigné alors Canguro Palas. Une entrée d’air est installée sous le fuselage et des réservoirs de carburant sont installés à l’emplanture des ailes.
    Le premier vol est effectué en janvier 1962, avec bien entendu le colonel Mantelli aux commandes. Par la suite, le moteur est monté sur un Mantelli AM.12 durant quelques mois, avant d’être remonté sur le Cangaro Palas. Durant les essais en vol suivants, l’appareil atteint l’altitude de 10'400, mais ce record n’a pas pu être officialisé. Par contre, durant un essai officiel effectué le 24 septembre 1964, le Canguro Palas a officiellement battu le record d’altitude de sa catégorie en atteignant 9’366m.
    À la fin des essais, le Canguro Palas est utilisé pour remorquer d’autres planeurs. Il ne lui fallait que 150m pour décoller et emporter l’autre planeur avec une vitesse ascensionnelle de 2m/s.

    En 1964, des essais sont effectués avec un moteur électrique Hirtz Solo F-36 actionnant une hélice bipale. Et avec une fois de plus le colonel Mantelli aux commandes.

    En ce moment, le Canguro Palas est visible au Museo Storico dell'Aeronautica di Vigna di Valle.


    Versions :
    CVV.6 Canguro : Version biplace de base, 35 appareils construits au total.

    CVV.6 Canguro motorizzate : Motoplaneur biplace propulsé par un moteur à pistons Ambrosini P-25 de 16.4kW (22cv) monté sur un mât, un seul appareil modifié.

    CVV.6 Canguro Palas : Version monoplace propulsée par un réacteur Turboméca Palas de 150kgp installé en place arrière, un seul appareil modifié.

    CVV.6 Hirtz : Motoplaneur biplace propulsé par un moteur électrique Hirtz Solo monté sur un mât, un seul appareil modifié.


    Utilisateurs militaires :
    Italie : 6 commandés, mais 1 seul appareil livré à l’Aeronautica Nazionale Repubblicana en 1943. 31 appareils entre 1950 et 1982 au sein de l’Aeronautica Militare Italiana.


    Caractéristiques CVV.6 :
    Equipage : 1
    Passagers : 1
    Longueur : 8,00m
    Envergure : 19,20m
    Hauteur : 2,14m
    Surface alaire : 21,6m2
    Masse à vide : 280kg
    Masse maximale au décollage : 460kg
    Charge utile : 180kg
    Points d’attache : 0
    Finesse : 30

    Moteurs :
    Aucun.

    Performances :
    Vitesse max à ne pas dépasser: 220km/h
    Taux de chute minimale : 0,60m/s

    Armement :
    Sans.


    Liens internet :
    https://it.wikipedia.org/wiki/CVV_6_Canguro

    https://en.wikipedia.org/wiki/CVV-6_Canguro

    http://volandia.it/en/velivolo/cvv-6-canguro/

    http://www.minijets.org/index.php?id=122

    http://www.aeronautica.difesa.it/museo_storico_eng/collezione_aeromobili/hangarSkema/Pagine/SAIAmbrosiniCanguroPalas.aspx

    http://www.airliners.net/photo/Italy---Air/CVV-6-Canguro/1634946/M/

    http://all-aero.com/index.php/60-gliders/13991-ambrosini-cvv6-cabguro

    https://books.google.ch/books?id=ModjAgAAQBAJ&pg=PT389&lpg=PT389&dq=CVV-6+Canguro&source=bl&ots=2Bb0q_IqT3&sig=kxDHdcS3kZ77lZhxKaO4KCrIlQ4&hl=en&sa=X&ved=0ahUKEwjtqea7mNTLAhUGQJoKHR7YA30Q6AEIUTAH#v=onepage&q=CVV-6%20Canguro&f=false
    " J’ignore la nature des armes que l’on utilisera pour la troisième guerre mondiale. Mais pour la quatrième, on se battra à coup de pierres."  A. Einstein"Quand on change son fusil d'épaule, il y a intérêt à ne pas partir de la droite, sinon on passe l'arme à gauche."  Ph. Geluck
      Lien   Revenir ici   Citer