Caproni Ca.4 / Ca.40

  • Le Caproni Ca.40 et ses différentes versions sont des bombardiers lourds italiens, triplans et trimoteurs, des années 1910.

    Giovanni Battista "Gianni" Caproni est un des pionniers des avions équipés de plusieurs moteurs. En effet, seul Igor Sikorsky avait commencé des travaux sur ce type d’appareil avant lui, les autres concepteurs craignaient qu’en cas de panne l’avion ne devienne incontrôlable. Après le développement de plusieurs modèles de bombardiers biplans trimoteurs, Caproni décide d’étudier des appareils capables d’emporter des charges offensives plus importantes. Pour cela, il faut non seulement construire un avion plus grand, mais avec également une surface alaire plus importante. La configuration triplan avec deux poutres de queue est alors retenue.

    La structure de l’avion, qui est en bois excepté celle des gouvernes qui est métallique, est recouverte de toile. La nacelle centrale abrite le pilote et le copilote sur des sièges en tandem ou côte-à-côte selon la version. Dans le second cas, un mitrailleur est parfois également installé dans la nacelle, l’arme dirigée vers le secteur avant. À l’arrière de cette nacelle, un moteur est installé afin d’actionner une hélice propulsive bipale. Les deux poutres de queue sont équipées, à l’avant, d’un moteur actionnant chacun une hélice tractrice bipale. Les deux poutres sont reliées ensemble, à leur extrémité, par l’empennage horizontal surmonté de trois dérives. Celles-ci, situées dans l’axe de l’air soufflé par les hélices, permettent une bonne capacité de manœuvre. Dans chacune des poutres de queue est installé un poste dirigé vers l’arrière pour un mitrailleur. Le train d’atterrissage est constitué d’un train principal classique constitué de deux jambes munies de 2 fois deux roues en diabolo et d’un patin à l’arrière. Les prototypes, et peut-être certaines versions, sont munis de roues à l’avant pour éviter de basculer sur le nez durant les phases de roulage au sol.

    Le premier prototype, qui vole en juillet 1916 avec Emilio Pesnuti aux commandes, est muni de deux sièges côte-à-côte dans la nacelle centrale, comme les deux autres prototypes. La première version construite en série est équipée de sièges en tandem. Ces deux versions sont motorisées par des Fiat A.12 de 210ch ou des Isotta Fraschini de 250ch et sont désignées dans un premier temps Caproni 630hp et Caproni 750hp. Par la suite, une nouvelle version construite en série, équipée de moteurs américains Liberty développant 400ch chacun, est désignée Caproni 1200. Ces trois versions, qui seront renommées après la guerre respectivement Ca.40, Ca.41 et Ca.42, entrent en service au sein du Corpo Aeronautico Militare avec la désignation C.4. Contrairement à ce qu’on pourrait imaginer en le voyant, le C.4 est relativement agile, agréable à piloter et rapide pour son époque.

    L’armement d’autodéfense est constitué généralement de 3 à 4 mitrailleuses Fiat Mod. 6,5 ou 7,7 mm, mais il est parfois de 6 mitrailleuses. La charge offensive est généralement constituée de bombes installées dans un conteneur monté au-dessous du fuselage central, au niveau de l’aile inférieure. Selon les versions, certains conteneurs sont également munis d’attaches extérieures permettant d’installer des bombes supplémentaires. D’autres versions n’en sont pas équipées et les bombes ou les torpilles sont installées directement sous les ailes.

    Avec ses 1’450kg de bombes, le C.4 est le bombardier allié de la Triple-Entente pouvant emporter la plus grande charge offensive, uniquement dépassé durant la première Guerre Mondiale par l’allemand Zeppelin-Staaken R.VI, un appareil nettement plus grand.

    Les Ca.42 sont également utilisés par le British Royal Naval Air Service et trois exemplaires sont évalués aux USA, mais la fin de la guerre met fin au projet d’un Northern Bombing Group américain stationné en Belgique.

    Plusieurs versions dérivées ont ensuite été construites, dont certaines sont restées au stade du prototype. Parmi ces derniers, un hydravion et une version agrandie équipée d’un empennage horizontal biplan. Certains Ca.42 ont été utilisés sous la désignation Ca.48, après la première guerre mondiale, pour le transport de passagers avec un fuselage modifié pouvant accueillir entre 18 et 23 passagers.

    Selon les sources, les chiffres diffèrent, mais il est très probable qu’il y a, au total, environ une cinquantaine d’exemplaires de Ca.4 et dérivés produits.


    Remarque: pendant la Première Guerre mondiale, tous ces appareils ont été désignés Ca.4 par l'Armée royale italienne, tandis qu'au sein de la société Caproni, ils étaient distingués entre eux en fonction de la puissance totale de leur motorisation. Après la guerre, Caproni a adopté, rétroactivement, une nouvelle désignation unique.



    Versions :
    Caproni 600hp : Prototypes équipés de trois moteurs Isotta Fraschini de 200 ch, redésignée ensuite Ca.40.

    Caproni 630hp : Version motorisée par trois Fiat A.12 de 210 ch, redésignée ensuite Ca.41.

    Caproni 750hp : Version équipée de trois moteurs Isotta Fraschini de 250 ch, redésignée ensuite Ca.41.

    Caproni 1200hp : Version de série motorisée par trois moteurs Liberty L-12 de 400 ch chacun, redésignée ensuite Ca.42.

    Ca.4 : Désignation au sein du Corpo Aeronautico Militare des différentes versions du Ca.40 et suivantes en service.

    Ca.40 : Prototypes équipés de trois moteurs Isotta Fraschini de 200ch chacun et d’une paire de roues à l’avant pour empêcher l’appareil de basculer sur le nez. 3 exemplaires construits.

    Ca.41 : Version de série généralement motorisée par trois Fiat A.12 de 210 ch, quelques exemplaires avec des Isotta Fraschini de 250 ch.
    Cette version possède un fuselage redessiné avec des sièges en tandem et elle n’est pas équipée de la paire de roues à l’avant comme sur le prototype Ca.40. 41 exemplaires auraient été construits.

    Ca.42 : Version de série motorisée par trois moteurs Liberty L-12 de 400 ch chacun.
    Si la configuration générale est identique à celle du Ca.41, l’équipage est assis sur deux sièges côte-à-côte. 32 exemplaires auraient été construits.

    Ca.43 : Version hydravion réalisée à un seul exemplaire, destinée à emporter deux torpilles.

    Ca.48 : Conversion de certains Ca.42 en avions de ligne pour 18 à 23 passagers après le conflit.
    Le 2 août 1919, les ailes d’un Ca.48 se sont brisées alors qu’il volait à 900 mètres/sol durant un vol Venise – Taliedo (Milan). L’appareil s’est écrasé près de Vérone, tous les occupants sont décédés dans l’accident qui est la première catastrophe de l'aviation commerciale en Italie et l'une des premières catastrophes aériennes des "plus lourds que l'air".

    Ca.51 : Prototype d'une version plus grande équipée d’empennages horizontaux biplans et motorisés par trois moteurs Fiat A.14 de 700 ch.

    Ca.52 : Désignation des 6 exemplaires de Ca.42 construits pour le Royal Naval Air Service.
    Ces appareils diffèrent du Ca.42 de base par l'installation d'une paire de canons Lewis à l'avant du fuselage et par une soute à bombe redimmensionnées pour les bombes britanniques. Ces avions reçoivent des numéros de séries N526 à N531.

    Ca.58 : Désignation de certains Ca.48 remotorisés par des Fiat A.14 ou Isotta Fraschini plus puissants.

    Ca.59 : Désignation de Ca.58 destinés à l'exportation.


    Utilisateurs militaires :
    Etats-Unis : 3 Ca.42 en évaluation aux USA à partir de 1918.

    Italie : 3 Ca.40 en évaluation à partir de juillet 1916 et 40 Ca.41 en service au sein du Corpo Aeronautico Militare dès août 1917.

    Royaume-Uni : 6 Ca.42 au sein du British Royal Naval Air Service à partir de 1918.


    Caractéristiques et performances Ca.42 (Caproni 1200ch):
    Equipage : 4
    Longueur : 13,10 m
    Envergure : 29,90 m
    Hauteur : 6,30 m
    Surface alaire : 200 m2
    Masse à vide : 4'000 kg
    Masse maximale au décollage : 7'500 kg
    Moteurs : 3 moteurs Liberty L-12 de 400 ch chacun
    Vitesse max basse altitude: 140 km/h
    Vitesse ascensionnelle : 2,1 m/s
    Plafond opérationnel : 4'000 m
    Rayon d’action : 700 km
    Armement : 1 ou 2 mitrailleuses Fiat Mod.14 de 6,5mm en position avant centrale et 1 mitrailleuse Fiat Mod.14 de 6,5mm par poste situé dans chaque poutre de queue ; 1'450 kg de bombes sous le fuselage.



    Liens internet :
    https://it.wikipedia.org/wiki/Caproni_Ca.40

    https://en.wikipedia.org/wiki/Caproni_Ca.4

    https://fr.wikipedia.org/wiki/Caproni_Ca.42

    https://linen.miraheze.org/wiki/Caproni_Ca.43

    https://it.wikipedia.org/wiki/Caproni_Ca.48

    http://jn.passieux.free.fr/html/Caproni_Ca4.php

    https://www.militaryfactory.com/aircraft/detail.asp?aircraft_id=1538

    http://www.theaerodrome.com/aircraft/italy/caproni_ca4.php

    https://web.archive.org/web/20060715005432/http://www.aerei-italiani.net/SchedeT/aereoca4.htm

    https://web.archive.org/web/20060715005459/http://www.aerei-italiani.net/SchedeT/aereoca42.htm

    https://web.archive.org/web/20060715005511/http://www.aerei-italiani.net/SchedeT/aereoca43.htm
    " J’ignore la nature des armes que l’on utilisera pour la troisième guerre mondiale. Mais pour la quatrième, on se battra à coup de pierres."  A. Einstein"Quand on change son fusil d'épaule, il y a intérêt à ne pas partir de la droite, sinon on passe l'arme à gauche."  Ph. Geluck
      Lien   Revenir ici   Citer modifié 5 fois par jericho le Aug. 19, 2020, 3:44 p.m.
  • La Caproni Ca.4 sur le site.
    " J’ignore la nature des armes que l’on utilisera pour la troisième guerre mondiale. Mais pour la quatrième, on se battra à coup de pierres."  A. Einstein"Quand on change son fusil d'épaule, il y a intérêt à ne pas partir de la droite, sinon on passe l'arme à gauche."  Ph. Geluck
      Lien   Revenir ici   Citer
  • Merci pour cette fiche.

    Ça donne l'impression que Caproni a eu de petites réussites parmi tous les projets menés, même si ça reste un peu compliqué de s'y retrouver…
    Et tous ces points d'exclamation, vous avez remarqué ? Cinq ! C'est la marque d'un aliéné qui porte son slip sur la tête. L'opéra fait cet effet à certains.Terry Pratchett
      Lien   Revenir ici   Citer