Fairey Ultra-Light

  • Le Fairey Ultra-Light est un prototype d’hélicoptère léger biplace d’observation et d’évacuation sanitaire, motorisé par une turbine dont les gaz actionnent le rotor de sustentation bipale, muni d’une double dérive et de patins.

    C’est un 1953 que le gouvernement britannique lance un appel d’offre concernant un hélicoptère léger biplace bon marché capable d’effectuer des missions de reconnaissance, d’observation, d’évacuation sanitaire et de formation. L’appareil doit également pouvoir être facilement transporté sur des camions militaires de 3 tonnes, être capable de vitesses élevées et pouvoir également être utilisé en environnement tropical.
    Parmi les différentes propositions, c’est celles de Fairey qui est retenue, cette entreprise recevant alors une commande de quatre prototypes à des fins d’évaluation. L’entreprise décide alors de construire deux autres exemplaires pour une utilisation privée et éventuellement promouvoir l’appareil sur le marché civil. Les appareils sont développés sur fonds privés, le gouvernement ne participant pas aux frais malgré son intérêt pour la version militaire.

    Les turbines étant désormais disponibles, Fairey choisi d’équiper son appareil avec ce nouveau type de moteur. Comme plusieurs autres constructeurs contemporains, il n’utilise pas directement la puissance de l’arbre de la turbine pour entrainer le rotor de sustentation, mais les gaz générés qui sont guidés sous pression dans des conduites jusqu’aux extrémités des pales pour y être expulsé au travers de buses. Le rotor de sustentation entrainé de cette manière permet de se passer d’une hélice anticouple, rendant ainsi l’appareil moins complexe à l’entretien et plus sûr. Pour augmenter la puissance, les ingénieurs de Fairey décident d’utiliser le même système que sur le Fairey Jet Gyrodyne : du carburant est pulvérisé dans les gaz expulsés en bout de pales pour être brûlé à sa sortie.
    La turbine sélectionnée est la Turbomeca Palouste produite sous licence par Blackburn. Elle est équipée d’un compresseur surdimensionné afin de fournir des gaz suffisamment comprimés pour actionner correctement le rotor bipale. La structure de l’appareil est en alliage léger. Dans l’habitacle de forme pyramidale et largement vitré, deux sièges côte-à-côte permettent au pilote et à son passager de prendre place. À l’arrière, la turbine est installée juste au-dessus du plancher. Au-dessus de sa tuyère est installée une poutre de queue de section carrée munie d’un stabilisateur vertical au-dessous. Le premier prototype (XJ924 ; F.9423) vole le 14 août 1955 et il est présenté à Farnborough quelques semaines plus tard.

    Des modifications sont apportées sur les prototypes suivants. Les plus visibles concernent le stabilisateur vertical qui est remplacé par une double ou même une triple dérive installée sous un stabilisateur horizontal. Une commande de pas cyclique avec assistance hydraulique est également ajoutée.
    Le deuxième prototype est équipé d’une cabine modifiée permettant de transporter deux civières. Deux prototypes sont également équipés de rotors de sustentation d’un plus grand diamètre afin d’augmenter les performances de l’Ultra-Light lorsque la compacité de l’appareil n’est pas une priorité.

    Ces prototypes effectuent de nombreuses démonstrations durant les shows aériens. Ils sont également évalués durant des exercices de guerre nucléaire, ainsi qu’à partir de ponts de navires. Durant ces derniers essais, effectués entre autre à partir des ponts des HMS Undaunted (R53) et HMS Grenville (R97), ils effectuent plus de 70 décollages et atterrissages avec des vents allant jusqu’à 62 nœuds.

    Le constructeur américain Piasecki Aircraft Corporation signe un contrat l’autorisant à construire sous licence l’Ultra-Light aux USA si l’US Army désirait s’équiper de l’appareil, ce qui n’a pas été le cas.

    La certification de vol civile est obtenue en 1958. Plusieurs clients, principalement installés au Royaume-Uni, aux USA et au Canada s’intéressent à l’appareil mais finalement aucune commande n’est passée. Le gouvernement britannique, désirant diminuer ses budgets, ne considère pas ce type d’appareil comme prioritaire et abandonne le projet de s’en équiper.

    En 1959, le programme est officiellement abandonné et les six appareils construits sont retirés.

    L’exemplaire militaire G-APJJ est par la suite exposé au Midland Air Museum au Coventry Airport, près de Baginton.


    Versions :
    Ultra-Light : Prototypes construits à six exemplaires (peut-être seulement quatre ou cinq entièrement montés selon des sources) : quatre militaires (F.9423-9426, immatriculations militaires XJ924, XJ928, XJ930 et XJ936) et deux civils (F.9427-9428).


    Utilisateurs militaires :
    Aucun.
    Royaume-Uni : En évaluation au sein de la Royal Navy et de la British Army.


    Caractéristiques :
    Equipage : 1
    Passagers : 1
    Longueur : 4,57m
    Hauteur : 2,49m
    Diamètre du rotor principal : 8,53m
    Surface du rotor principal: 57,2m2
    Masse à vide : 435kg
    Masse maximale au décollage : 817kg
    Points d’attache : 0

    Moteurs :
    Une turbine Turbomeca Palouste BnPe.2 de 185kW (252ch).

    Performances :
    Vitesse de croisière : 153km/h
    Vitesse ascensionnelle : 6,75m/s
    Plafond opérationnel sans effet de sol : 1’463m
    Plafond opérationnel : 3’109m
    Endurance maximale : 2h30
    Distance franchissable : 290km
    Distance de décollage : 0m
    Distance d’atterrissage : 0m

    Armement :
    Sans.


    Liens internet :
    https://en.wikipedia.org/wiki/Fairey_Ultra-light_Helicopter

    http://www.aviastar.org/helicopters_eng/fairey_ultralight.php

    http://www.hmfriends.org.uk/faireyulh.htm

    http://www.helis.com/database/model/1333/

    http://www.airwar.ru/enc/heli/ulight.html
    " J’ignore la nature des armes que l’on utilisera pour la troisième guerre mondiale. Mais pour la quatrième, on se battra à coup de pierres."  A. Einstein"Quand on change son fusil d'épaule, il y a intérêt à ne pas partir de la droite, sinon on passe l'arme à gauche."  Ph. Geluck
      Lien   Revenir ici   Citer
  • La fiche sur le site

    Plutôt mignonne, la restauratrice de la vidéo. 8-)
    Rang, sang, race et dieux n'entrent en rien dans le partage du vice… et de la vertu. (de Cape et de Crocs, tome 1).>> N'oubliez pas de lire et de relire le Réglement du forum>> N'oubliez pas de consulter les index des sujets avant de poster les vôtres.
      Lien   Revenir ici   Citer
  • Clansman a écrit

    La fiche sur le site
    Merci.


    Clansman a écrit

    Plutôt mignonne, la restauratrice de la vidéo. 8-)
    Euh… quelle vidéo ? :interr:
    " J’ignore la nature des armes que l’on utilisera pour la troisième guerre mondiale. Mais pour la quatrième, on se battra à coup de pierres."  A. Einstein"Quand on change son fusil d'épaule, il y a intérêt à ne pas partir de la droite, sinon on passe l'arme à gauche."  Ph. Geluck
      Lien   Revenir ici   Citer
  • Dans l'onglet "images", sous les photos. Il faut peut-être cliquer sur le message "afficher tous les contenus" (une histoire de contenu sécurisé) pour la voir.
    Rang, sang, race et dieux n'entrent en rien dans le partage du vice… et de la vertu. (de Cape et de Crocs, tome 1).>> N'oubliez pas de lire et de relire le Réglement du forum>> N'oubliez pas de consulter les index des sujets avant de poster les vôtres.
      Lien   Revenir ici   Citer
  • OK, j'ai réussi en bidouillant un peu (en cliquant sur "Inspecter l'élément", j'ai trouvé un lien sur Youtube pour admirer ta blonde…) :D
    " J’ignore la nature des armes que l’on utilisera pour la troisième guerre mondiale. Mais pour la quatrième, on se battra à coup de pierres."  A. Einstein"Quand on change son fusil d'épaule, il y a intérêt à ne pas partir de la droite, sinon on passe l'arme à gauche."  Ph. Geluck
      Lien   Revenir ici   Citer