Fairey FB-1 Gyrodyne

  • Le Fairey FB-1 Gyrodyne est un prototype de girodyne monomoteur capable de transporter jusqu’à cinq passagers, muni d’un rotor de sustentation tripale, d’un empennage bidérive, d’un train d’atterrissage tricycle et propulsé par deux hélices tractrices montées sur des moignons d’ailes.

    Avant la seconde guerre mondiale, le constructeur Cierva Autogiro Company est sélectionné par la Royal Navy pour lui fournir un certain nombre d’hélicoptères. Bien que le développement de ces appareils ait bien débuté, ces travaux cessent au début du conflit avec le refus des financiers de la Cierva Autogiro Company de continuer à investir dans ce projet. Le Dr J.A.J. Bennett, directeur technique de l’entreprise durant les années 1936-1939, rejoins la Fairey Aviation Company en 1945 comme directeur de la nouvelle division responsable des voilures tournantes. En avril de l’année suivante, il débute l’étude du Fairey Gyrodyne, un appareil pourvu d’un rotor entrainé par un moteur lui permettant sa sustentation, ainsi que d’hélices de propulsion. Cette configuration permet de maintenir l’hélice de sustentation horizontale, ce qui diminue les vibrations à plus grande vitesse. Le couple engendré par l’entrainement du rotor est compensé par les hélices de propulsion et les dérives.

    Le fuselage est profilé en forme de goutte d’eau. À l’avant se trouve le poste de pilotage largement vitré et muni de deux sièges côte-à-côte, ainsi que d’une banquette pouvant accueillir trois ou quatre passagers. À l’arrière se trouve les réservoirs de carburant et le moteur en étoile Alvis Leonides 522/2 de 390kW. Il entraîne le rotor de sustentation tripale et deux hélices bipales situées aux extrémités de moignons d’ailes. À l’arrière du fuselage, on trouve un grand stabilisateur horizontal munis de deux dérives à leurs extrémités. Le train d’atterrissage tricycle est fixe ; les jambes du train principal sont profilées et fixées sous les moignons d’ailes, alors que le train avant est situé sous le nez.

    Le gouvernement britannique signe une commande concernant deux prototypes et la première cellule (G-AIKF) est présentée le 7 décembre 1946 à l’aéroport de White Waltham. C’est à cet endroit qu’à lieu premier vol le 4 décembre 1947, après différents essais au sol effectués sur les deux prototypes.
    Les évaluations en vol sont effectués jusqu’en mars 1948 avec le premier exemplaire, qui est ensuite entièrement démonté pour vérification de la cellule, du propulseur et des systèmes dynamiques.
    Durant ce temps, c’est le second prototype (G-AJJP) qui effectue des vols d’essais, avant d’être présenté à Farnborough en septembre 1948. La principale différence avec le premier exemplaire concerne son aménagement intérieur, mieux équipé pour le transport de passagers.

    L’armée britannique, désirant s’équiper d’un hélicoptère pour être utilisé en Malaisie, évalue trois appareils : le Sikorsky S.51 Dragonfly, le Bristol 171 Sycamore et le Fairey Gyrodyne. C’est ce dernier qui est sélectionné et commandé à six exemplaires. En effet, il est jugé plus performant que le Sikorsky et il sera disponible plus tôt que l’appareil de Bristol.

    Le premier prototype est remonté pour effectuer plusieurs tentatives de record du monde de vitesse. Le 28 juin 1948, piloté par le pilote d'essai Basil Arkell, le Gyrodyne atteint 200km/h, ce qui est un nouveau record du monde. En tenant compte du vent soufflant ce jour-là, on peut considérer que l’appareil a certainement atteint les 225km/h. En avril 1949, il est prévu de tenter le record sur 100km en boucle. Malheureusement, deux jours avant cette tentative, une pièce dans le moyeu du rotor cède et l’appareil se crashe à Ufton, tuant le pilote Foster H. Dixon et son passager Derek Garraway.

    Suite à cet accident, une étude est entreprise afin de déterminer les causes de l’accident pour les corriger. Le programme prend du retard et l’Armée britannique n’a d’autre choix que d’annuler la commande et d’acheter trois S.51, puis des Sycamore par la suite.

    Le prototype restant est par la suite modifié afin de développer un nouveau système de motorisation destiné au Fairey Rotodyne. Il sera alors renommé Jet Gyrodyne.


    Versions :
    FB-1 : prototype motorisé par un Alvis Leonides 522/2 de 390kW (530ch), deux prototypes construits.


    Utilisateurs militaires :
    Aucun.
    Royaume-Uni : L’armée britannique commande 2 prototypes de FB-1 et 6 appareils de série, les premiers sont évalués en vol alors que la commande concernant les seconds est annulée.


    Caractéristiques :
    Equipage : 1
    Passagers : 5
    Longueur : 7,62m
    Hauteur : 3,07m
    Diamètre du rotor principal : 15,768m
    Surface du rotor principal: 195,3m2
    Masse à vide : 1’629kg
    Masse maximale au décollage : 2’177kg
    Volume du réservoir de carburant : 227,3L
    Volume du réservoir d’huile : 31,8L
    Points d’attache : 0

    Moteurs :
    Un moteur en étoile Alvis Leonides 522/2 de 390kW (530ch).

    Performances :
    Vitesse max : 225km/h
    Vitesse de croisière : 165km/h
    Plafond opérationnel : 3’050m
    Distance de décollage : 0m
    Distance d’atterrissage : 0m

    Armement :
    Sans.


    Liens internet :
    https://en.wikipedia.org/wiki/Fairey_FB-1_Gyrodyne

    https://en.wikipedia.org/wiki/Fairey_Jet_Gyrodyne

    http://www.aviastar.org/helicopters_eng/fairey_gyrodyne.php

    http://www.airwar.ru/enc/heli/gyrodyne.html

    http://www.liquisearch.com/fairey_fb-1_gyrodyne/design_and_development
    " J’ignore la nature des armes que l’on utilisera pour la troisième guerre mondiale. Mais pour la quatrième, on se battra à coup de pierres."  A. Einstein"Quand on change son fusil d'épaule, il y a intérêt à ne pas partir de la droite, sinon on passe l'arme à gauche."  Ph. Geluck
      Lien   Revenir ici   Citer
  • La fiche sur le site
    Rang, sang, race et dieux n'entrent en rien dans le partage du vice… et de la vertu. (de Cape et de Crocs, tome 1).>> N'oubliez pas de lire et de relire le Réglement du forum>> N'oubliez pas de consulter les index des sujets avant de poster les vôtres.
      Lien   Revenir ici   Citer