SNCAC NC-271

Rappels

  • Catégorie : Avion expérimental
  • Constructeur : SNCAC drapeau du pays
  • Premier vol : 13 mai 1948
  • Production : 2 appareils construits (cellules neuves)
  • Voir aussi… : SNCAC NC-270

Historique

Fin 1945, l’État-major de l'Armée de l'Air française lance un programme de bombardier très ambitieux : l'appareil doit emporter 5 tonnes de bombes sur 3000 km, à 900 km/h et 9000 mètres d'altitude, pour une masse maximale de 28 tonnes.

En mars 1946, la DTI (Direction Technique et Industrielle) commande deux prototypes répondant à ce programme, le NC-270 et le SO-4000. Le contrat fut signé avec la SNCAC le 23 mai suivant, avec outre la fourniture d'un prototype, celle de deux maquettes désignées NC-271.

Le NC-271 reprenait la configuration générale du NC-270, mais à l'échelle 1/2 ou 1/2,5. La SNCASO, concurrente du NC-270 avec son SO-4000, suivait la même stratégie avec son SO M-1.

Les ailes, en flèche, étaient médianes. 2 carénages à la racine des ailes simulaient le logement des réacteurs du NC-270. Le train d'atterrissage était classique, avec un train principal rentrant et une béquille à l'arrière.

2 exemplaires furent construits : le premier était un pur planeur tandis que le second était motorisé avec un moteur-fusée Walter HWK 109-509A de 800 kgp, celui du Messerschmitt Me-163. Ce moteur-fusée devait être construit par SEPR. L'empennage différenciait également les deux exemplaires : cruciforme sur le premier et en T sur le second, cette dernière configuration étant celle retenue pour le NC-270. Le SO M-1 avait lui un empennage conventionnel.

Le NC-271-01 effectua son premier vol le 13 mai 1948, attaché au dos d'un Languedoc. L'avion porteur était piloté par Jean Perrin, mais la maquette était inhabitée. Le SO M-1 avait volé pour la première fois un mois auparavant. Le pilote Louis Bertrand s'installe dans le cockpit du NC-271 pour les 6 vols suivants, entre mai et juillet. Claude Dellys le remplace après sa mort dans le crash du NC-211 Cormoran et effectue 6 vols captifs supplémentaires.

Claude Dellys effectue le premier vol plané du NC-271 le 28 janvier 1949, largué d'un Languedoc. 2 autres vols seulement sont effectués, alors que le NC-271-02 ne vola jamais. Le NC-270 est abandonné, alors que le SO-400 est finalement construit (à un exemplaire) et que les SO M-1 puis M-2 effectuent leurs essais tambour battant.

Avec 2 réacteurs Nene de 2270 kgp, le NC-270 se serait révélé sous-motorisé (et trop ambitieux), comme cela a été le cas pour le SO-4000 qui fut finalement abandonné lui aussi.

Versions

Sur le forum…

  • La fiche sur le site
    Rang, sang, race et dieux n'entrent en rien dans le partage du vice… et de la vertu. (de Cape et de Crocs, tome 1).>> N'oubliez pas de lire et de relire le Réglement du forum>> N'oubliez pas de consulter les index des sujets avant de poster les vôtres.
      Lien   Revenir ici   Citer
  • Fin 1945, l’État-major de l'Armée de l'Air française lance un programme de bombardier très ambitieux : l'appareil doit emporter 5 tonnes de bombes sur 3000 km, à 900 km/h et 9000 mètres d'altitude, pour une masse maximale de 28 tonnes.

    En mars 1946, la DTI (Direction Technique et Industrielle) commande deux prototypes répondant à ce programme, le NC-270 et le SO-4000. Le contrat fut signé avec la SNCAC le 23 mai suivant, avec outre la fourniture d'un prototype, celle de deux maquettes désignées NC-271.

    Le NC-271 reprenait la configuration générale du NC-270, mais à l'échelle 1/2 ou 1/2,5. La SNCASO, concurrente du NC-270 avec son SO-4000, suivait la même stratégie avec son SO M-1.

    Les ailes, en flèche, étaient médianes. 2 carénages à la racine des ailes simulaient le logement des réacteurs du NC-270. Le train d'atterrissage était classique, avec un train principal rentrant et une béquille à l'arrière.

    2 exemplaires furent construits : le premier était un pur planeur tandis que le second était motorisé avec un moteur-fusée Walter HWK 109-509A de 800 kgp, celui du Messerschmitt Me-163. Ce moteur-fusée devait être construit par SEPR. L'empennage différenciait également les deux exemplaires : cruciforme sur le premier et en T sur le second, cette dernière configuration étant celle retenue pour le NC-270. Le SO M-1 avait lui un empennage conventionnel.

    Le NC-271-01 effectua son premier vol le 13 mai 1948, attaché au dos d'un Languedoc. Ce dernier était piloté par Jean Perrin, mais la maquette était inhabité. Le SO M-1 avait volé pour la première fois un mois auparavant. Le pilote Louis Bertrand s'installe dans le cockpit du NC-271 pour les 6 vols suivants, entre mai et juillet. Claude Dellys le remplace après sa mort dans le crash du NC-211 Cormoran et effectue 6 vols captifs supplémentaires.

    Claude Dellys effectue le premier vol plané du NC-271 le 28 janvier 1949, largué d'un Languedoc. 2 autres vols seulement sont effectués, alors que le NC-271-02 ne vola jamais. Le NC-270 est abandonné, alors que le SO-400 est finalement construit (à un exemplaire) et que les SO M-1 puis M-2 effectuent leurs essais tambour battant.

    Avec 2 réacteurs Nene de 2270 kgp, le NC-270 se serait révélé sous-motorisé (et trop ambitieux), comme cela a été le cas pour le SO-4000 qui fut finalement abandonné lui aussi.



    http://xplanes.free.fr/so4000/so4000-1.htm


    http://xplanes.free.fr/so4000/so4000-3.htm


    https://www.aviafrance.com/s-n-c-a-c-nc-271-aviation-france-10035.htm


    http://aerophile.over-blog.com/article-les-projet-secret-de-la-sncac-premiere-partie-104222679.html
    Rang, sang, race et dieux n'entrent en rien dans le partage du vice… et de la vertu. (de Cape et de Crocs, tome 1).>> N'oubliez pas de lire et de relire le Réglement du forum>> N'oubliez pas de consulter les index des sujets avant de poster les vôtres.
      Lien   Revenir ici   Citer