SNECMA C.450 Coléoptère

Rappels

  • Catégorie : Prototype
  • Constructeur : SNECMA drapeau du pays
  • Premier vol : 17 avril 1959
  • Production : 1 appareils construits (cellules neuves)
  • Missions : Chasse

Historique

Dans les années 1950, plusieurs pays se lancèrent dans la conception d'avions à décollage et atterrissage verticaux : la France ne fit pas exception. A partir de 1954, la Snecma étudia l'Atar volant, désigné C.400 en interne.

Les C.400, construits à 3 exemplaires, étaient grosso modo des réacteurs posés à la verticale, sans ailes. Seul le troisième fut piloté, en l'occurrence par Auguste Morel. Les vols commencèrent le 22 septembre 1956. Le C.400 P1 vola 205 fois et le C.400 P2 123 fois.

L'Atar volant donna directement naissance à un avion, le C.450 Coléoptère, qui devait lui-même servir de base à un avion de combat opérationnel. Celui-ci avait un fuselage doté d'une aile annulaire, un profil étudié par un ingénieur d'origine autrichienne, Helmut Von Zhobowsky. Son diamètre était de 3,2 mètres et sa surface alaire de 18 m². Le choix de cette aile annulaire était du au fait qu'elle fournissait de la portance dans toutes les directions, ce qui était idéal pour un ADAV. En revanche, elle gênait la vue vers l'arrière et avait un mauvais rendement à faible vitesse. Le siège éjectable, développé avec Sud-Aviation, était mobile afin de donner une bonne visibilité dans tous les configurations. 4 petites ailes delta complétaient l'aile annulaire, avec un train d'atterrissage quadricycle et fixe à leur base. Une sonde sur l'une des roues avertissait le pilote de la proximité du sol.

2 plans canards amovibles sur le nez devaient faciliter la transition entre vol vertical et horizontal, mais ne furent pas montés. Le moteur était un Atar 101E-5V (V pour Vertical) de 3700 kgp, alimenté par des entrées d'air latérales de chaque côté du cockpit. Ces entrées d'air étaient larges, de façon à bien alimenter le réacteur même en marche arrière. 4 buses, placées sur les poutres reliant le fuselage à l'aile, servaient à contrôler le roulis : elles étaient alimentées par l'air comprimé venant du compresseur du réacteur. 4 réservoirs contiennent un total de 900 litres de carburant. La construction était entièrement métallique, en alliage d'aluminium. Le résultat était un avion qui ne nécessitait pas d'infrastructure spéciale.

Le prototype, désigné C.450-01, fut en fait construit par Nord Aviation et livré en avril 1958. Le premier vol, captif, eut lieu à Melun-Villaroche le 17 avril 1959 entre les mains d'Auguste Morel. Le premier vol libre eut lieu le 5 mai 1959. 8 vols furent effectués, jusqu'à une altitude de 870 mètres, totalisant 20 heures 40 minutes de vol. Le 6e vol fut marqué par un incident qui aurait pu mener à la catastrophe : le taux de descente étant trop rapide, le Coléoptère entra dans une phase de roulis. Le pilote remit les gaz pour reprendre de l'altitude.

Lors du 9e vol, le 25 juillet 1959, Morel devait tenter une amorce de transition, en inclinant légèrement l'appareil pendant quelques secondes. Mais une instrumentation inefficace et un manque de repères visuels firent que l'avion s'inclina à plus de 50° et ralentit trop pour regagner de l'altitude. Il oscilla sur les 3 axes. Morel ne put reprendre le contrôle et dut s'éjecter à très basse altitude (les sources diffèrent entre 15 et 150 mètres). Il fut sévèrement blessé et l'appareil détruit.

Cela marqua la fin du programme, bien que la formule de l'aile annulaire ne fut pas remise en cause. Un second exemplaire, dont la construction était prévue, ne fut jamais financé. Le C.450 est souvent comparé au X-13, en ce sens qu'il paraissait plus réaliste mais plus difficile à poser. Des versions supersonique, tactique (bruche), biréacteur (Hanneton), biplace, triplace (Hanneton II) et même à hélice (Lucane) étaient envisagées. Elles étaient désignés BTZ.

Caractéristiques

  • Masse maxi au décollage : 3 000 kg (6 614 lbs)
  • Surface alaire : 18 m² (194 sq. ft)
  • Envergure : 4,51 m (14,797 ft)
  • Longueur : 8,02 m (26,312 ft)

Équipage

  • Équipage : 1

Performances

  • Vitesse maximum : 800 km/h (497 mph, 432 kts) (estimation)
  • Endurance maximale : 0 h 25 mn.
  • Plafond opérationnel : 3 000 m (9 843 ft)
  • Vitesse ascensionnelle : 130 m/s (427 ft/s)
  • Rapport poussée/masse à sec maxi au décollage : 1.23
  • Charge alaire maxi au décollage : 166.67 kg/m²

Motorisation

Sur le forum…

  • La fiche sur le site
    Rang, sang, race et dieux n'entrent en rien dans le partage du vice… et de la vertu. (de Cape et de Crocs, tome 1).>> N'oubliez pas de lire et de relire le Réglement du forum>> N'oubliez pas de consulter les index des sujets avant de poster les vôtres.
      Lien   Revenir ici   Citer
  • Dans les années 1950, plusieurs pays se lancèrent dans la conception d'avions à décollage et atterrissage verticaux : la France ne fit pas exception. A partir de 1954, la Snecma étudia l'Atar volant, désigné C.400 en interne.

    Les C.400, construits à 3 exemplaires, étaient grosso modo des réacteurs posés à la verticale, sans ailes. Seul le troisième fut piloté, en l'occurrence par Auguste Morel. Les vols commencèrent le 22 septembre 1956. Le C.400 P1 vola 205 fois et le C.400 P2 123 fois.

    L'Atar volant donna directement naissance à un avion, le C.450 Coléoptère, qui devait lui-même servir de base à un avion de combat opérationnel. Celui-ci avait un fuselage doté d'une aile annulaire, un profil étudié par un ingénieur d'origine autrichienne, Helmut Von Zhobowsky. Son diamètre était de 3,2 mètres et sa surface alaire de 18 m². Le choix de cette aile annulaire était du au fait qu'elle fournissait de la portance dans toutes les directions, ce qui était idéal pour un ADAV. En revanche, elle gênait la vue vers l'arrière et avait un mauvais rendement à faible vitesse. Le siège éjectable, développé avec Sud-Aviation, était mobile afin de donner une bonne visibilité dans tous les configurations. 4 petites ailes delta complétaient l'aile annulaire, avec un train d'atterrissage quadricycle et fixe à leur base. Une sonde sur l'une des roues avertissait le pilote de la proximité du sol.


    2 plans canards amovibles sur le nez devaient faciliter la transition entre vol vertical et horizontal, mais ne furent pas montés. Le moteur était un Atar 101E-5V (V pour Vertical) de 3700 kgp, alimenté par des entrées d'air latérales de chaque côté du cockpit. Ces entrées d'air étaient larges, de façon à bien alimenter le réacteur même en marche arrière. 4 buses, placées sur les poutres reliant le fuselage à l'aile, servaient à contrôler le roulis : elles étaient alimentées par l'air comprimé venant du compresseur du réacteur. 4 réservoirs contiennent un total de 900 litres de carburant. La construction était entièrement métallique, en alliage d'aluminium. Le résultat était un avion qui ne nécessitait pas d'infrastructure spéciale.

    Le prototype, désigné C.450-01, fut en fait construit par Nord Aviation et livré en avril 1958. Le premier vol, captif, eut lieu à Melun-Villaroche le 17 avril 1959 entre les mains d'Auguste Morel. Le premier vol libre eut lieu le 5 mai 1959. 8 vols furent effectués, jusqu'à une altitude de 870 mètres, totalisant 20 heures 40 minutes de vol. Le 6e vol fut marqué par un incident qui aurait pu mener à la catastrophe : le taux de descente étant trop rapide, le Coléoptère entra dans une phase de roulis. Le pilote remit les gaz pour reprendre de l'altitude.

    Lors du 9e vol, le 25 juillet 1959, Morel devait tenter une amorce de transition, en inclinant légèrement l'appareil pendant quelques secondes. Mais une instrumentation inefficace et un manque de repères visuels firent que l'avion s'inclina à plus de 50° et ralentit trop pour regagner de l'altitude. Il oscilla sur les 3 axes. Morel ne put reprendre le contrôle et dut s'éjecter à très basse altitude (les sources diffèrent entre 15 et 150 mètres). Il fut sévèrement blessé et l'appareil détruit.

    Cela marqua la fin du programme, bien que la formule de l'aile annulaire ne fut pas remise en cause. Un second exemplaire, dont la construction était prévue, ne fut jamais financé. Le C.450 est souvent comparé au X-13, en ce sens qu'il paraissait plus réaliste mais plus difficile à poser. Des versions supersonique, tactique (bruche), biréacteur (Hanneton), biplace, triplace (Hanneton II) et même à hélice (Lucane) étaient envisagées. Elles étaient désignés BTZ.




    https://fr.wikipedia.org/wiki/Snecma_C-450_Col%C3%A9opt%C3%A8re


    http://www.avionslegendaires.net/avion-militaire/snecma-c-450-coleoptere/


    http://jpcolliat.free.fr/xfv1/xfv1-8.htm


    http://www.museesafran.com/videos/la-rencontre-entre-le-c450-coleoptere-et-le-bleriot-xi/


    http://modelbox.free.fr/photoscopes/Coleo_Phot/


    http://lafermedevillars.over-blog.com/2015/09/nord-aviation-snecma-c-450-coleoptere.html


    http://jn.passieux.free.fr/html/Coleoptere.php


    http://www.air-journal.fr/2011-07-25-le-25-juillet-1959-dans-le-ciel-crash-du-coleoptere-532781.html


    http://maquettes-missiles.blogspot.fr/2016/01/le-snecma-c-450-coleoptere.html


    https://www.aviafrance.com/snecma-c-450-coleoptere--aviation-france-9106.htm


    https://en.wikipedia.org/wiki/SNECMA_Col%C3%A9opt%C3%A8re


    http://www.aviastar.org/air/france/snecma_coleoptere.php


    http://www.fiddlersgreen.net/models/aircraft/SNECMA-Coleoptere.html


    http://www.airspacemag.com/history-of-flight/cancelled-vertical-flyer-94957695/?no-ist


    https://translate.google.fr/translate?hl=fr&sl=ru&u=http://www.airwar.ru/enc/xplane/c450.html&prev=search
    Rang, sang, race et dieux n'entrent en rien dans le partage du vice… et de la vertu. (de Cape et de Crocs, tome 1).>> N'oubliez pas de lire et de relire le Réglement du forum>> N'oubliez pas de consulter les index des sujets avant de poster les vôtres.
      Lien   Revenir ici   Citer
  • oui le premier projet d'avion ADAV français.
    mais celui-ci fut vite abandonné car il y eu beaucoups de problèmes avec la transition verticale-horizontale.d'ailleurs c'est à cause de l'accident du 25 juillet 1959, où auguste morel fut grièvement bléssé,que le projet fut totalement abandonné.
    les pilotes de chasse font du bruit.les pilotes de bombardiers font l'histoire.ex-AMN 3700 messages 1 janvier 2006
      Lien   Revenir ici   Citer
  • Voila un petit prototype des années 1958-1959 que j'ai découvert récemment.

    Je le trouvais assez sympathique avec son aile annulaire, j'vais donc vous en parler en quelques mots :)

    Il a été conçu par SNECMA dans le cadre de décollage et d'atterissage a la verticale, il ne nécessitait pas d'installation particulière contrairement au X-13, mais le rendait cependant moin maniable.

    Pour le controle en vol horizontal, il y avait 4 gouvernes installées sur les petites dérives; lors des périodes de décollage et atterissage, on utilisait la déviation du jet et des injecteurs a air comprimés.

    Le programme prit fin en Juillet 1959 après un incident lors du neuvième vol du prototype qui se crasha, blessant grièvement son pilote.


    Quelques photos:
    http://jpcolliat.free.fr/xfv1/c450-2/c450_36.jpg
    http://www.vstol.org/wheel/images/VSTOLWheel/pics/26.jpg
    http://jpcolliat.free.fr/xfv1/c450-2/c450_18.jpg
    " Tant qu'y d'la poire, ya d'l'espoir "Vieux proverbe BelgeAncien d'AM.net, inscription 2005.
      Lien   Revenir ici   Citer modifié par jericho le March 9, 2020, 4:22 p.m.