SIAI S.8 :

  • SIAI S.8 :

    Hydravion de reconnaissance italien des années 1910.

    C’est en août 1915 que la Societa Idrovolanti Alta Italia (SIAI) est créée à Milan, soit à peine trois mois après l’entrée de l’Italie dans le premier conflit mondial. Après avoir construit sous licence des hydravions français conçus par la FBA (Franco-British Aviation Company), la SIAI décide de développer ses propres appareils. À cette fin, la société engage les ingénieurs Raffaele Conflenti et Emilio Taddeoli.

    En 1917, le premier hydravion conçu par SIAI effectue son premier vol. Son fuselage, en forme de coque, est équipé d’une quille en bois et d’un cockpit ouvert situé à l’avant des ailes. Le pilote et le copilote-observateur sont assis dans des sièges côte-à-côte. Les ailes en biplan, droites, sont maintenues entre elles par des montants verticaux tubulaires et des tirants en acier. Le plan inférieur est équipé de flotteurs près des extrémités. De plus, il est fixé au fuselage de façon à améliorer sa robustesse par rapport aux FBA construits jusqu’ici. L’empennage est de type cruciforme, afin de maintenir le plan horizontal loin de la surface de l’eau durant les phases de décollage et d’atterrissage. Le moteur, qui est maintenu par des montants métalliques juste au-dessous du plan supérieur, actionne une hélice propulsive bipale en bois.

    Une mitrailleuse Lewis de 7,7mm assure son autoprotection et en cas de besoin, il est possible à l’équipage d’emporter jusqu’à 120kg de bombes pour l’attaque de navires ou de sous-marins.

    La Regia Marina commande 800 exemplaires, qui doivent être construits par SIAI, mais également par d’autres entreprises de la région. Les premiers exemplaires sont livrés en août 1918, mais à la fin de la guerre, seuls 172 exemplaires ont été livrés.

    Avec la fin du conflit, de nouveaux appareils ne sont plus d’actualité pour la Regia Marina et la production s’arrête après 214 exemplaires construits. Les premiers S.8 sont équipés d’un moteur Isotta Fraschini V4B de 160 ch, tandis que les suivants reçoivent un Hispano-Suiza 44 de 220 ch. Parmi les derniers appareils construits, plusieurs sont équipés de doubles-commandes de vol et d'un moteur Colombo F.150 de 120 ch pour la formation des jeunes pilotes. En 1920, les 63 S.8 encore en service semblent ne plus être utilisés.


    Versions :
    S.8 : Version initiale de reconnaissance, certains également transformés pour la formation des pilotes et l’entraînement ; 214 exemplaires construits.


    Utilisateurs militaires :
    Italie : 172 exemplaires au sein du Servizio Aeronautico della Regia Marina d’août 1918 à 1920 environ.


    Caractéristiques et performances :
    Equipage : 2
    Longueur : 9,84 m
    Envergure : 12,77 m
    Hauteur : 3,30 m
    Surface alaire : 46,00 m2
    Masse à vide : 900 kg
    Masse maximale au décollage : 1’375 kg
    Moteurs : un Isotta Fraschini V.4 B de 160ch (118kW)
    Vitesse max basse altitude : 144 km/h
    Vitesse de croisière : 115 km/h
    Plafond opérationnel : 6'000 m
    Distance franchissable : 700 km
    Armement : une mitrailleuse (FIAT-Revelli ou Vickers) de 7,7mm et jusqu’à 120 kg de bombes



    Liens internet :
    https://it.wikipedia.org/wiki/SIAI_S.8

    http://www.aviastar.org/air/italy/siai_s-8.php

    http://www.airwar.ru/enc/flyboat/siais8.html
    " J’ignore la nature des armes que l’on utilisera pour la troisième guerre mondiale. Mais pour la quatrième, on se battra à coup de pierres."  A. Einstein"Quand on change son fusil d'épaule, il y a intérêt à ne pas partir de la droite, sinon on passe l'arme à gauche."  Ph. Geluck
      Lien   Revenir ici   Citer modifié 2 fois par jericho le Feb. 10, 2021, 11:04 a.m.
  • Le SIAI S.8 sur le site

    Avec deux images de mauvaises qualités.
    " J’ignore la nature des armes que l’on utilisera pour la troisième guerre mondiale. Mais pour la quatrième, on se battra à coup de pierres."  A. Einstein"Quand on change son fusil d'épaule, il y a intérêt à ne pas partir de la droite, sinon on passe l'arme à gauche."  Ph. Geluck
      Lien   Revenir ici   Citer