CAMS 80

  • Hydravion de surveillance côtière français des années 1930, triplace, monomoteur et monoplan à aile haute.

    Vers la fin de l’année 1929, la Marine française annonce rechercher un nouvel hydravion capable de surveiller les côtes. Au sein des Chantiers aéro-maritimes de la Seine (C.A.M.S.), les ingénieurs de l’équipe de Maurice Hurel conçoivent le Type 80.

    Sorti en 1931 des ateliers de Sartrouville, ce nouvel appareil est entièrement métallique, y compris la coque. Le poste de pilotage est fermé. Dans le nez de l’appareil, juste au-dessus de l’étrave, un vitrage permet à l’observateur d’avoir un meilleur champ de vison vers l’avant et les côtés. Juste au-dessus, une ouverture circulaire permet l’utilisation d’une mitrailleuse Lewis de 7,7 mm montée sur un anneau pour l’auto-défense. Un second poste ouvert, à l’arrière, peut également être équipé d’une mitrailleuse sur un anneau permettant un tir défensif. Les ailes, en position haute, sont constituées de trois sections. La section centrale est droite, sans volet et sans dièdre, renforcée par des câbles. À ses extrémités sont installés des flotteurs stabilisateurs sur des entretoises courtes. Les panneaux extérieurs ont un dièdre positif d’environ 7° pour éviter qu’ils ne touchent l’eau durant l’amerrissage. Ils sont effilés avec leur extrémité arrondie et les volets occupent toute la longueur de leur bord de fuite. L’empennage cruciforme est constitué d’une dérive et de surfaces horizontales triangulaires, avec des volets aux extrémités arrondies. Des roues escamotables, dans des logements situés probablement au-dessus de la ligne de flottaison, sont installées de part et d’autre du fuselage, ainsi que sous la queue. Le moteur, qui entraîne une hélice bipale tractrice, est installé au-dessus du fuselage à l’aide de mâts obliques. Lors de la construction de l’appareil, il était prévu d’installer un Hispano-Suisa de 450 ch, mais lors de son exposition au Salon de Paris en 1930 il est équipé d’un Lorraine 18G Orion W… avant d’effectuer son premier vol, en 1932, motorisé avec un Hispano-Suiza 12Nbr de 650 ch.

    Il entre en service de l’Aéronavale française en septembre 1933, après une phase de test à la base de Saint-Raphaël.

    Un second prototype est construit, correspondant à la version CAMS 80-2, avec la numérotation de série 80-02. Les deux principales différences avec le modèle précédent est son cockpit ouvert et le moteur Hispano-Suiza 12Ydrs. Il effectue son premier vol en 1934.

    La même année, le premier prototype est utilisé pour des essais en vol avec des hélice à pas variable Ratier. Grâce à ces nouvelles hélices, son temps de décollage passe de 19 à 13 secondes. Il restera en service pour effectuer divers essais en vol avant d’être basé à Saint-Mandrier, à la disposition de l’amiral commandant l’escadre de la Méditerranée. Le second prototype le rejoint pour des essais d’instruments de navigation et d’équipement radio.

    Aucun autre exemplaire n’est commandé et seuls ces deux CAMS 80 seront construits. Ils sont retirés du service et ferraillés en 1938, à cause de la corrosion.



    Versions :
    80 : Version originale à cockpit fermé, motorisée par un Hispano-Suiza 12Nbr de 650 ch (480 kW) ; un prototype construit.
    80-2 : Version à cockpit ouvert, motorisée par un Hispano-Suiza 12Ydrs de 860 ch (640 kW) ; un prototype construit.


    Utilisateurs militaires :
    France : deux exemplaires (un CAMS 80 et un CAMS 80-2) en service au sein de l’Aéronavale de septembre 1933 à 1938.


    Caractéristiques et performances CAMS 80 :
    Equipage : 3
    Longueur : 12,99m
    Envergure : 24,60 m
    Hauteur : 5,10m
    Surface alaire : 62,04 m2
    Masse à vide : 2'987 kg
    Masse en charge au décollage : 4'337 kg
    Volume des réservoirs de carburant : 1'060 L
    Moteurs : un Hispano-Suiza 12Nbr de 650 ch (480 kW)
    Vitesse max basse altitude : 210 km/h
    Plafond opérationnel : 6'900 m
    Distance franchissable : 1'300 km
    Armement : éventuellement 2 mitrailleuses Lewis de 7,7mm



    Liens internet :
    https://www.hydroretro.net/etudegh/cams.pdf

    https://en.wikipedia.org/wiki/CAMS_80

    https://www.aviafrance.com/c-a-m-s-80-aviation-france-7986.htm

    https://www.aviafrance.com/c-a-m-s-80-02-aviation-france-7987.htm
    " J’ignore la nature des armes que l’on utilisera pour la troisième guerre mondiale. Mais pour la quatrième, on se battra à coup de pierres."  A. Einstein"Quand on change son fusil d'épaule, il y a intérêt à ne pas partir de la droite, sinon on passe l'arme à gauche."  Ph. Geluck
      Lien   Revenir ici   Citer
  • Le CAMS 80 sur le site.
    " J’ignore la nature des armes que l’on utilisera pour la troisième guerre mondiale. Mais pour la quatrième, on se battra à coup de pierres."  A. Einstein"Quand on change son fusil d'épaule, il y a intérêt à ne pas partir de la droite, sinon on passe l'arme à gauche."  Ph. Geluck
      Lien   Revenir ici   Citer